Urgent

Une Conférence sur le génocide à Kigali s’achève sur un appel à veiller aux progrès réalisés au Rwanda

Redigé par IGIHE
Le 6 avril 2019 à 12:27

La Conférence Internationale de deux jours sur le génocide, tenue à Kigali, s’est terminée vendredi 5 avril 2019 par un appel à veiller aux progrès accomplis au Rwanda au cours des 25 dernières années et à demander au monde de prendre des mesures urgentes dans des situations pouvant conduire à des tragédies similaires.

Le Ministre de la Justice, Johnston Busingye, a déclaré que ce qui a été accompli au cours de ce dernier quart de siècle est le résultat des principes démocratiques adoptés par le Rwanda, un modèle qui, a-t-il dit, n’a pas été importé de l’Ouest.

« Au cours de ces 25 années, nous n’avons pas importé notre modèle de gouvernance démocratique d’Angleterre, de Washington ou de Paris. Nous l’avons négocié et débattu entre nous Rwandais et cela fonctionne pour nous », a-t-il noté.

« Depuis 1994, nous ne cherchons pas à devenir comme les autres, nous essayons de donner le meilleur de nous-mêmes, dans notre contexte, à la lumière de l’histoire dont nous avons parlé durant ces deux journées et des ambitions que nous nourrissons," a-t-il ajouté.

Le Ministre a souligné que ce sont les choix et la dynamique de gouvernance choisis par le Rwanda qui ont déterminé les progrès accomplis.
« Notre expérience et notre histoire montrent des processus politiques qui ont provoqué le divisionnisme, l’intolérance, la haine et la violence. Quelque chose n’allait pas du tout. Continuer avec la même chose et s’attendre aux mêmes résultats aurait été stupide », a-t-il déclaré.

La conférence a réuni des universitaires et des décideurs politiques pour discuter des perspectives d’une génération post-génocide face à l’impératif de la justice, tout en préservant la mémoire et en préservant les acquis à une époque bouleversante.

Adama Dieng, Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, a déclaré que le 25ème anniversaire du génocide contre les Tutsis devrait non seulement être une période de commémoration et de réflexion sur ce que le Rwanda a accompli, mais aussi sur ce que la communauté internationale a fait pour empêcher des tragédies similaires partout.

Il a admis qu’en 1994, les Nations Unies avaient échoué au Rwanda.

"En dépit de l’échec de ses amis et de ses partenaires, le peuple rwandais a démontré de manière laborieuse au monde que la vie avec un but prévaudra toujours contre les adversités", a-t-il déclaré.
Le Representant de l’ONU a déclaré que le pays avait montré que, lorsque la justice et la réconciliation sont promues dans le but sincère de guérir et d’unir la société, tout le monde y gagne.

« L’ONU continuera à travailler avec le Rwanda non seulement dans son chemin de guérison, mais également en tant que partenaire pour la paix et le dévéloppement », a-t-il déclaré, reconnaissant le rôle que le Rwanda joue pour soutenir le maintien de la paix dans les pays du monde déchirés par la guerre.

Dieng, cependant, s’est dit préoccupé par les conflits en cours, soulignant que la communauté internationale devrait aider à y mettre.
Le monde n’a pas besoin d’une autre tragédie rwandaise pour se rappeler que l’indifférence à l’égard de la souffrance d’autrui trahit le fondement même et le tissu de l’humanité commune, a-t-il déclaré.

Source : The Newtimes


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité