Urgent

Un Tribunal suédois confirme la condamnation de Rukeratabaro à la peine de prison à perpétuité.

Redigé par igihe
Le 30 avril 2019 à 12:51

La Cour d’Appel suédoise a confirmé lundi 22 avril 2019 la peine d’emprisonnement à perpétuité de Théodore Rukeratabaro, alias Tabaro, âgé de 50 ans, après avoir été reconnu coupable de crimes de génocide contre les Tutsis.

Rukeratabaro s’était enfui en Suède en 1998 et y avait obtenu la citoyenneté en 2006. Il a changé de nom pour s’appeler “Tabaro” afin d’échapper à la justice.
Rukeratabaro a été reconnu coupable de meurtres commis dans le quartier de Winteko, dans l’actuel District de Rusizi.

Egide Mutabazi, un survivant des meurtres perpétrés par le condamné, a déclaré à The New Times que "la justice a été rendue parce qu’il a tué notre peuple".
« Je remercie tous ceux qui ont participé à ce long voyage pour la justice, à partir de son arrestation jusqu’aujourd’hui. Nous remercions particulièrement le Gouvernement du Rwanda pour ses efforts inlassables dans la poursuite des personnes qui ont assassiné nos proches.

« On ne peut pas non plus oublier de remercier le Gouvernement et le système judiciaire suédois pour la manière dont ils ont fait preuve de respect lors des procès du génocide commis contre les Tutsis au Rwanda. »

Mutabazi a déclaré que les survivants de Winteko dans le Secteur de Mururu dans le District de Rusizi méritent également des remerciements, car ils n’ont jamais perdu courage lorsqu’ils ont été appelés à témoigner au procès.

Selon son communiqué de presse, la Cour d’Appel considère que l’accusé avait joué un rôle de premier plan au niveau local et qu’il avait participé à des meurtres, à des tentatives de meurtre, à des viols et à des pillages.

Pendant le génocide, Rukeratabaro, alors gendarme, avait participé au génocide dans son Secteur natal, Winteko, Nyakanyinya et Mibirizi, où des centaines de Tutsis s’étaient réfugiés.

Le Ministre de la Justice, Johnston Businye, a déclaré devant le micro du New Times qu’il s’agissait d’un « grand pas en avant » dans la coopération judiciaire, et qu’il était désormais évident que se cacher dans un pays étranger et même acquérir la citoyenneté de ce pays ne devrait pas être un obstacle à la justice.

"J’invite les autres pays d’Europe accueillant de tels suspects à se désolidairser avec eux et à être compté parmi les pays qui ont fait ce qu’il fallait pour traduire les suspects du génocide en justice."
Le 12 septembre 2014, le Rwanda avait envoyé l’acte d’accusation de Rukeratabaro en Suède. Il vivait à Örebro, une ville suédoise de 117 543 habitants.

La Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG) a déclaré en juin dernier que Rukeratabaro était un meurtrier de premier plan qui avait exterminé les Tutsis dans l’ancienne Préfecture de Cyangugu dans la Commune de Winteko, au Stade Kamparampaka, à Nyakanyinya et à Mibilizi.

Avant le début du procès en septembre 2017, des juges suédois s’étaient rendus au Rwanda pour recueillir des preuves.
La condamnation de Rukeratabaro en juin dernier était la troisième du genre après Stanislas Mbanenande en 2014 et Claver Berinkindi en 2017.

Source : New Times


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité