Urgent

Un projet de 40millions visant à renforcer la capacité des femmes et des détenus mineurs

Redigé par Olivier Mukwaya
Le 9 février 2019 à 02:02

Les femmes et les jeunes détenus de la prison pour mineurs de Musanze et de Nyagatare respectivement ont maintenant des raisons de sourire après le lancement d’un projet de trois ans visant à leur donner une autonomie économique avant et après leur libération.


Le projet a été officiellement dévoilé mardi à la prison de Musanze par les services pénitentiaires rwandais (RCS) conjointement avec le diocèse catholique de Byumba, avec le financement d’OXFAM International.

Dans le cadre du programme intitulé « Rwanda Market based Program », le projet traitera du soutien psychosocial des détenus ciblés et leur fournira des compétences pratiques en prison afin de survivre seuls tout en terminant leurs peines d’emprisonnement, indiquent les responsables du projet.

Deux centres de formation professionnelle pour la couture et l’habillage ont été inaugurés à la prison de Musanze pour faciliter l’acquisition des compétences pratiques des détenues tandis que les jeunes détenus de la prison de Nyagatare se familiariseront avec la soudure, la coupe de cheveux, la menuiserie et la construction.

S’exprimant lors de la cérémonie d’inauguration du projet, Mgr Servilien Nzakamwita, évêque de Byumba, a révélé que le projet préconisait l’autonomisation des femmes et des adolescents, ceux-ci étant confrontés à différentes difficultés dans la réintégration familiale après l’achèvement de leur peine d’emprisonnement.

Nzakamwita a indiqué qu’il souhaitait que le projet lancé porte ses fruits, tant dans les prisons que dans les familles, en renforçant la cohésion sociale et en aidant les membres de la famille à vivre en harmonie, ce qui contribuera à promouvoir un développement durable.

« Tout ce dont nous avons besoin, c’est que les gens vivent en harmonie en s’entraidant dans leur style de vie quotidien, à la manière des ordres sacrés de l’Évangile. Nous souhaitons simplement que ce projet les aide à vivre en respectant les vertus qui favorisent la cohésion sociale dans les prisons mais aussi au sein de nos familles », a déclaré Mgr Nzakamwita.

Les détenteurs des droits ont accueilli favorablement le projet en déclarant qu’il les aiderait à vivre dans la dignité tout en se réinsérant dans leurs familles respectives, étant donné qu’ils sont laissés pour compte des progrès accomplis tout au long de leur séjour en prison.

Les détenus ont également révélé que les connaissances et les compétences acquises les empêcheraient de commettre d’autres crimes qui devraient les ramener en prison, comme cela arrive à certains de leurs camarades.

« La plupart du temps, beaucoup de gens rentrent ici en prison après avoir commis des crimes liés au manque d’emploi après leur libération, nous confirmons donc qu’un tel incident ne nous arrivera jamais, car nous sommes sur le point de créer nos propres emplois rentables grâce à nos compétences que nous acquérons de ce projet », a déclaré Domitille Mukankuranga de la prison de Musanze.

La directrice de d’OXFAM International au Rwanda, Alice Anukur, a déclaré qu’elle préférait parrainer ce projet, car il contribue au développement inclusif du Rwanda, ce qui est essentiel pour la stratégie nationale de transformation (NST) ainsi que pour la vision à l’horizon 2020 que le gouvernement cherche à réaliser.

« OXFAM a soutenu cette phase pilote pendant six mois et collabore avec des partenaires pour collecter des fonds supplémentaires afin d’intensifier le projet dans les prisons de Musanze et de Nyagatare ainsi que dans les communautés environnantes », a-t-elle assuré.

Le Ministre de la justice , Johnston Busingye, a réitéré l’engagement du gouvernement de libérer le pays du crime et a ainsi exhorté les détenus à faire la démonstration de comportements exceptionnels afin de contribuer à l’initiative en faveur du développement du pays.

« Le projet lancé n’est pas là pour vous fournir uniquement des compétences professionnelles ; c’est aussi là pour vous donner une chance de vivre une troisième fois. C’est le projet de transformer vos moyens de subsistance », a-t-il déclaré aux détenus.

Busingye indique que le gouvernement a apprécié l’idée de responsabiliser les femmes et les jeunes détenus et a donc appelé les partenaires concernés à s’unir pour que le projet dure plus longtemps.

« Aussi longtemps que l’idée sera toujours vivante, nous ne manquerons jamais d’argent pour la gérer », a-t-il promis, ajoutant : « Travaillons ensemble pour faire en sorte que l’idée ne meurt jamais. et les gens à le mettre en action, "

Tous les bénéficiaires du projet recevront une boîte à outils de démarrage à la fin de leur peine d’emprisonnement et les responsables du diocèse de Byumba ont déclaré qu’ils travaillaient sans relâche pour dévoiler le même projet dans la prison pour mineurs de Nyagatare restante dans un proche avenir.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité