Urgent

Un projet d’appui belge à la Police de 4 millions d’euros prend fin

Redigé par IGIHE
Le 9 décembre 2012 à 05:44

Kigali : Une cérémonie de clôture d’un projet d’appui belge à la Police rwandaise d’une valeur de 4 millions d’euros et qui a duré 4 ans a été organisée cette matinée.
« Ce projet a permis de former plus de mille Officiers de la Police dans les techniques d’investigations du crime. Il a construit un bâtiment avec des salles de classes qui aideront la Police dans la poursuite de cette formation », a indiqué l’Inspecteur Général de la Police, Emmanuel Gasana.
Il a ajouté que ce même projet a fourni à la (...)

Kigali : Une cérémonie de clôture d’un projet d’appui belge à la Police rwandaise d’une valeur de 4 millions d’euros et qui a duré 4 ans a été organisée cette matinée.

« Ce projet a permis de former plus de mille Officiers de la Police dans les techniques d’investigations du crime. Il a construit un bâtiment avec des salles de classes qui aideront la Police dans la poursuite de cette formation », a indiqué l’Inspecteur Général de la Police, Emmanuel Gasana.

Il a ajouté que ce même projet a fourni à la Police des équipements pour le laboratoire d’analyse. Le Projet a été financé par la Coopération Technique Belge(CTB).

Selon l’Ambassadeur du Royaume de Belgique au Rwanda, Marc Pecsteen, l’appui à la Police est indispensable pour faire fonctionner un Etat de droit, une société qui soit en sécurité et où l’on respecte la loi.

Interrogé sur le montant que la coopération belge a prévu d’utiliser prochainement pour le Rwanda, l’Ambassadeur Pecsteen a répondu que son pays a conclu en 2011 un accord avec le Rwanda pour 4 ans.

« Selon cet accord, un total de 160 millions d’euros sera utilisé pour 4 ans. C’est quand même beaucoup d’argent dans les trois secteurs de la Santé, Energie et Décentralisation en matière de justice », a-t-il informé.

Cette concentration sur certains secteurs permet d’éviter des chevauchements et d’être plus efficace.

Pour l’Ambassadeur Pecsteen, la Coopération belge au Rwanda se poursuivra, surtout que les deux pays ont des relations très profondes et très fortes depuis des années.

Seulement, a-t-il poursuivi, « suite aux accusations selon lesquelles les Forces rwandaises de défense (RDF) sont impliquées à l’Est de la RDC, il était difficile pour le Gouvernement belge de continuer sans rien manifester ».

« Mais une fois de plus, la coopération militaire n’est pas arrêtée. En fait, les programmes en cours continuent. Simplement, on n’a pas encore décidé qu’on va programmer de nouvelles activités. Cela est suspendu pour le moment. Mais tout ce qui est en cours continue », a-t-il poursuivi.

« Ce qui a stoppé, c’est la poursuite de l’appui à la formation des Officiers rwandais en Belgique à l’Ecole Royale Militaire », a encore rappelé le diplomate belge.

Pour ce qui est de la décision définitive de mettre un terme à la suspension, l’Ambassadeur Pacsteen a rétorqué : « Nous attendons la décision définitive du Conseil de Sécurité de l’ONU dans les semaines prochaines ».

Selon le porte-parole de la Police, le Superintendant Théos Badege, ce projet de 4 ans laisse un impact important d’asseoir la justice dans le pays. Beaucoup de personnes ont été formées. Il y a parmi elles beaucoup de formateurs pour des sessions permanentes.

Car, les crimes changent. Les méthodes de lutte aussi, pour s’adapter notamment à la cybercriminalité.

« Tout cela nécessite d’approfondir des techniques d’investigation. Les jeunes OPJ doivent connaître les lois et ces techniques, disposer d’équipements aussi, afin de mettre la main sur ceux qui volent des fonds, et qui causent des dégâts divers », a-t-il poursuivi.

RNA


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité