Urgent

Un déficit budgétaire de 3,9 milliards de Frw pour l’EFTP inquiète les Législateurs.

Redigé par igihe
Le 20 mai 2019 à 01:52

“Une pénurie de matériels de formation d’une valeur de 3,9 milliards d’euros pour la prochaine année universitaire risque d’affecter les compétences pratiques des étudiants en Education et Formation Techniques et Professionnelles (EFTP)”, ont observé les Parlementaires.

"Nous avions demandé 5,3 milliards d’euros et seulement 1,4 milliard d’euros a été disponibilisé", a déploré le Ministère de l’Éducation Nationale (MINEDUC) lors de l’audition du budget de l’exercice 2019/2020 devant le Comité permanent du budget national et du patrimoine.

M. James Gashumba, Vice-Recteur de l’Ecole Polytechnique du Rwanda, a déclaré que l’enseignement des cours d’EFTP nécessitait un équipement supplémentaire, ajoutant que les fonds demandés étaient « juste assez pour nous permettre de continuer ».

Les fonds disponibles seront consacrés à la formation de 120 écoles publiques d’EFTP et de huit Centres Régionaux Intégrés Polytechniques (CIPR), a-t-il indiqué.
« Par exemple, un étudiant en maçonnerie a besoin de ciment. Or il y a des endroits où nous allons et les trouvons en utilisant de la boue. Vous ne pouvez pas dévélopper les compétences d’un menuisier en se basant uniquement sur des connaissances théoriques, car ils doivent fabriquer des meubles en bois », a-t-il déclaré.

Actuellement, environ 46% des étudiants sont inscrits dans des écoles d’EFTP, lesquelles constituent un moteur essentiel de la croissance économique.

Le Député Jean René Niyorurema a déclaré que les écoles dispensant des cours liés à la chimie ont exposé le problème du manque ou de la cherté du matériel.
« Quelles stratégies le MINEDUC a-t-il adoptées pour aider ces écoles afin que la qualité de l’éducation n’en souffre pas ? », a-t-il demandé.

Le Député Benoît Senani a déclaré qu’il était nécessaire de consacrer plus d’efforts à l’EFTP afin que les étudiants reçoivent une formation pratique leur permettant d’acquérir des compétences correspondant à la demande du marché.

M. Gashumba a estimé que les établissements d’EFTP avaient la capacité de construire des salles de classe, des bureaux et des tables, mais qu’il s’inquiétait pour des exigences imposées par les autorités rwandaises en matière de marchés publics auxquelles ils avaient du mal à répondre.

A ce propos, le Député Omar Munyaneza, Président du Comité permanent du budget national et du patrimoine, a suggéré que des plans soient élaborés pour permettre que certains équipements utilisés dans les écoles, tels que les pupitres, soient fabriqués par des étudiants de l’EFTP.

Il a ajouté que les CIPR peuvent avoir des garages pour réparer les véhicules, ce qui peut être à la fois une source de revenus et d’apprentissage.

Le Ministre de l’Education, Eugène Mutimura, a demandé aux Parlementaires de plaider en faveur de l’Ecole Polytechnique et des CIPR du Rwanda, afin qu’ils obtiennent un contrat spécifique leur permettant de construire des bureaux, des salles de classe et d’autres ouvrages.

« Ils ont besoin d’un cadre contractuel leur permettant de ne pas concurrencer avec d’autres entités sur le marché, car ils ne disposent pas d’investissements nécessaire pour ce faire », a proposé le Ministre Mutimura.

Source : New Times


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité