Urgent

Uganda : Six journalistes arrêtés dans l’xercice de leur fonction

Redigé par Bérénice
Le 8 février 2019 à 05:45

La police ougandaise a arrêté cinq personnes, parmi lesquelles des journalistes de la British Broadcasting Corporation (BBC Afrique) qui enquêtaient sur le vol et la vente de drogues par les agents du gouvernement.

Selon Patrick Onyango, porte-parole de la police de Kampala, trois journalistes - Godfrey Badebye, Kassim Mohamad et Rashid Kawesa - et leur chauffeur Shafiq Kisame ont été arrêtés et emrpisonné à Makindye, dans la banlieue de Kampala, où ils auraient acheté des médicaments classifiés à des forces de sécurité secrètes mercredi soir, 6 février 19.

La police a déclaré qu’après les arrestations, l’enquête l’a conduit au domicile du journaliste d’investigation de la NBS, Solomon Sserwanjja, où aurait été conservé le premier lot de drogues qu’ils avaient achetées.

M. Sserwanjja n’était pas chez lui et son épouse, Mme Vivian Nakaliika, chargée de communication au ministère de la Santé, a été arrêtée.

« Nous détenons cinq suspects accusés de possession illégale de drogues classifiées, en violation de la section 27 (2) de l’Autorité nationale des drogues, chap. 206. Leur dossier sera porté à la connaissance du Procureur général à tout moment » a déclaré jeudi M. Onyango.

M. Onyango a déclaré que M. Sserwanjja était en fuite après ne pas être rentré chez lui, où la police l’attendait.

« Il a promis de venir mais en vain. Dans la matinée, nous avons effectué une perquisition et trouvé des drogues classifiées chez lui, ce qui a conduit à l’arrestation de son épouse, Mme Nakaliika », a-t-il déclaré.
La police aurait trouvé 14 boîtes de comprimés de luméfantrine, des vaccins contre l’hépatite B et d’autres médicaments portant le sceau du gouvernement.

Le porte-parole du gouvernement, Ofwono Opondo, a déclaré que les journalistes coopéraient avec l’unité de surveillance de la Santé de la State House pour enquêter sur le vol et la vente de stupéfiants du gouvernement ougandais dans les pays voisins, le Sud-Soudan et la République démocratique du Congo.

« Je n’ai pas encore compris la raison qui a poussé la police à arrêter ces journalistes qui, à ma connaissance, aidaient le gouvernement à déterrer la pourriture qui existe dans le système » a déclaré M. Opondo, ajoutant qu’ils devraient être libérés sans condition.

Le système de santé décrépit national ugandais est gangrené par la corruption. Les médecins et les infirmières se plaignent souvent de la pénurie de fournitures de base comme des gants, des médicaments et des vaccins.

M. Opondo a déclaré que la police lui avait dit que les journalistes "avaient l’intention d’embarrasser le gouvernement". Il a dit qu’une telle raison pour leur arrestation est "absurde".


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité