Urgent

Trois autres victimes de détention illégale expulsées d’Uganda.

Redigé par IGIHE
Le 16 mars 2019 à 10:14

Trois citoyens rwandais ont été refoulés d’Uganda le soir du mercredi 13 mars 2019. Ils ont déclaré avoir été illégalement détenus et harcelés en Uganda. Ils ont été remis aux autorités rwandaises à la frontière de Kagitumba, dans le District de Nyagatare. Il s’agit d’Amon Ngabonzima, Xavier Gashongore et Augustin Maniragaba.

Ngabonzima, 15 ans, du District de Gakenke, a été arrêté le 5 octobre dernier et placé en détention à la caserne militaire de Makenke, dans le District de Mbarara (Ouest Uganda). Il s’y était rendu pour rendre visite à sa sœur.

« Quand je suis arrivé à Kisoro en Uganda, j’ai pris un bus pour Fort Portal. Quand nous sommes arrivés à Bushenyi, le bus a fait un stop-over », a-t-il raconté, ajoutant que les trois Rwandais qui se trouvaient à bord avaient reçu l’ordre de descendre du véhicule, accusés d’être des espions rwandais.

Ils ont ensuite été conduits à un poste de police, mais n’y sont pas restés longtemps, car la Police les a transférés à Makenke. Ngabonzima a déclaré que deux Rwandais également détenus sont morts après avoir été sérieusement torturés.

Gashongore, âgé de 39 ans et originaire du District de Bugesera.Il vivait en Ouganda depuis 2000, il était agriculteur et exploitait aussi un salon de coiffure.
Le 1er février 2019, il a été arrêté chez son coiffeur et conduit dans une caserne militaire où il a été torturé.

« Nous avons été emmenés à la caserne de Fort Portal dans l’Ouest de l’Ouganda où nous avons été incarcérés. Nous avons ensuite été transférés à la caserne de Makenke », a confié Gashongore.

« Nous étions trois personnes dans la cellule… ils nous ont versé de l’eau trois fois par jour au visage, l’eau entrait dans le nez, ce qui entraînait un saignement abondant », a-t-il ajouté.

Gashongore a déclaré qu’à l’extérieur du bâtiment, ils avaient été ordonnés de porter des tenues militaires. "Quelqu’un de l’extérieur pouvait penser que nous étioons des soldats."

Après avoir été relâchés de la caserne, ils ont été conduits au poste de police de Mbarara, où ils ont été traduits devant un tribunal pour délit d’entrée illégale en Ouganda, a-t-il déclaré.

Gashongore déplore le fait qu’à leur arrestation, leurs documents de voyage ont été confisqués par des soldats ougandais,qu’ils ne les leur ont pas remis tout autant que son argent, 1,2 million de shillings ougandais, que sa famille ne savait pas où il était.

« Les ressortissants rwandais, même quand ils possèdent des documents valables, sont détenus, accusés d’être des espions », a déclaré Ngabonzima, le plus jeune des trois Rwandais expulsés.

"Mon conseil aux Rwandais, c’est que l’Ouganda n’est pas un endroit où il faut aller. Travaillons dur chez nous et contribuons au dévéloppement de notre pays", a-t-il conseillé.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité