Urgent

TICAD7 : Shinzo Abe met en garde l’Afrique contre aides et emprunts chinois non contrôlés

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 30 août 2019 à 12:01

Les travaux de la 7ème TICAD (Tokyo International Conference on African Development) en cours à Yokohama/Tokyo ont vu une intervention du Premier Ministre japonais Shinzo Abe. Celui-ci a mis en garde les gouvernements africains contre les aides et emprunts parallèles gracieusement octroyés par la Chine émergente. Veut-il dire que ces emprunts et aides brisent les schémas traditionnels des institutions de Bretton Wood ?

C’est une question de doctrine. Le Premier Ministre Shinzo Abe a rappelé que la TICAD a l’objectif de planifier les investissements des infrastructures africaines avec l’apport des institutions financières japonaises.

Ce qu’il ne dit pas c’est qu’une telle conférence internationale réunissant dirigeants africains avec les autorités japonaises existe aussi à Pékin où elle réunit l’Afrique et la Chine.
Cette afrique qui a un marché de plus d’un milliard d’habitants est courtisée par le monde industrialisé. Chacun veut tirer la couverture sur soi.

Pour Shinzo, soucieux de la sécurité des capitaux japonais placés en Afrique, "plusieurs pays africains sont gonflés de dettes énormes, supérieures à leur taille".

Au cours de son akllocution, Shinzo a annoncé que le Japon va organiser un séminaire d’experts issus de 30 pays africains pour "discuter des stratégies à mettre en place pour les pays africains de lutte contre les défis économiques et de solutionnement de la lourde dette africaine".

Il s’est dit, lui comme les investisseurs de son pays, inquiet de trop de dettes extérieures contractées par les pays africains encore que le Japon "est intéressé d’entrer activement sur le marché africain".

"Le Japon poursuit beaucoup de projets en Afrique. Mais la Chine a vite fait d’innonder cette Afrique de ses investissements. Il est difficile d’harmoniser les actions de ces deux pays sur le terrain africain", a dit Shoji Takamatsu, expert économiste japonais. Il faisait allusion au fait que la Chine avec ses 60 milliards de dollars accordés à l’Afrique rien que l’an passé uniquement, bouscule toutes les règles d’investissement du capital occidental, ce qui est inquiétant pour les capitaux japonais devant être investis dans le secteur alimentation-nutrition et santé.

Pour la Chine, l’Afrique se construit avec sa population sans cesse montante de façon exponentielle. Aussi, a-t-elle amassé assez de capitaux depuis 1950 au point que ses aides et emprunts à l’Afrique peuvent être échangés contre des matières premières stratégiques pour ses industries. Ne pratique-t-elle un capitalisme d’Etat au moment où le monde occidental favorise le commerce du dollar investi souvent par des individus à titre personnel mais protégé par les pouvoirs publics ?


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité