Urgent

Témoignages des ex Officiers du FDLR à Mutobo.

Redigé par
Le 21 janvier 2019 à 01:11

Ceux qui étaient des combattants du FDLR dans les forêts de la République Démocratgique du Congo, RDC, disent qu’ils avaient toujours le rêve de rentrer au Rwanda par les armes.

Parmi plus de 500 Rwandais ex membres du FDLR rapatriés vers fin 2018, se trouvent des Officiers, 7 Majors et deux autres Hauts Gradés, qui étaient dans l’administration du groupe. et qui savent donc parfaitement tout sur le programme, les objectifs et les stratégies du groupe.

Le Major Nkundabose Sébastien, instructeur des combattants du FDLR, aujourd’hui “Doyen” au Centre de Mutobo, dit avoir été rapatrié après deux ans de détention dans la prison militaire de l’Equateur et témoigne :

“Nous avons passé 24 ans de maquis sans salaires, en attente des accords entre le FDLR et le Rwanda visant la rentrée et le partage du pouvoir. Nous avions en même temps le rêve de rentrer par la force, et c’est par la force qu’on nous a amenés. A ceux qui pensent encore qu’ils rentreront par les armes, je leur dis de cesser car la guerre détruit et ne construit pas”.
“Nous avons été bien accueillis au Rwanda alors que nous ne souhaitions pas y être amenés, de peur d’être tués”, dit il.

Ndagijimana Balthazar avait 19 ans en 1994 quand il est entré dans cette armée. Il est rentré au Rwanda avec l’handicap des yeux subi au front quand il combattait pour rentrer.
“Le FDLR prendre le pays ? Je trouve cela comme un rêve. A commencer par le Gen Rwarakabije qui est rentré. Le matériel que nous avions, notre grand effectif, notre force et les combattants comme Mahoro et plusieurs autres, tout est détruit. C’est un rêve aujourd’hui que de dire qu’ils viendront prendre le pays”.

Kabarindwi Joseph, ex combatant, affirme que la rentrée du FDLR par les armes ressemble à celui qui se chatouille pour rire.
”De mon côté je le trouve impossible. J’ai vécu 24 ans dans le FDLR, je le connais assez. Ils blaguent. Comment prétendre prendre un pays sans matériel, sans armée ?”.
Ndayambaje Deo, 57 ans, est originaire du District Nyamasheke. Il était Lieutenant du FDLR et Commandant du camp de Kanyabayonga.
“Les informations qui nous parvenaient étaient décourageantes. On nous disait que celui qui rentrait était tué ou emprisonné. D’autres informations faisaient état de la vente de sa parcelle, du procès judicaiare de son emprisonnement déjà prononcé, d’un pays habité par des étrangers, et bien d’autres”.
Les ex combattants des groupes armés, en particulier ceux opérant dans les forêts de la RDC, passent trois mois à apprendre l’Histoire du Rwanda, le civisme et le programme de l’Etat, l’innovation dans le travail, et d’autres cours qui les aideront dans leur insertion dans la vie normale.
A leur sortie une somme de 180.000frw réparties en 2 tranches, est offerte à chacun d’eux. La 1ère tranche de 60000frw leur est donnée à la sortie, la 2ème quand ils sont chez eux et qu’ils ont bien su ce qu’il faut en faire. A ceux qui souffrent d’handicaps divers sont construites des maisons, à d’autres est octroyé un appui financier mensuel selon la gravité du cas.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité