00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Séances gratuites de Groupes de Parole

Redigé par Dr Albert Gakwaya
Le 4 septembre 2015 à 03:22

Albert Gakwaya qui a presque terminé son Doctorat en Psychologie promet des séances gratuites de prise en charge des personnes ayant des problèmes psychologiques.
« Nous avons l’intention d’organiser des séances gratuites de prise en charge psychologique qui proposent un espace protégé par secret ».
Albert Gakwaya fait partie d’un groupe de psychologues, psychiatres, journalistes et sociologues, qui vont mener cette campagne de prise en charge psychologique. Kigali est le point de départ de ces (...)

Albert Gakwaya qui a presque terminé son Doctorat en Psychologie promet des séances gratuites de prise en charge des personnes ayant des problèmes psychologiques.

« Nous avons l’intention d’organiser des séances gratuites de prise en charge psychologique qui proposent un espace protégé par secret ».

Albert Gakwaya fait partie d’un groupe de psychologues, psychiatres, journalistes et sociologues, qui vont mener cette campagne de prise en charge psychologique.
Kigali est le point de départ de ces séances qui commencent ce vendredi le 04/09/2015 à partir 17h à Remera (AVEGA).

Les séances de samedi le 5 vont se dérouler à partir de 10h, à la Croix Rouge du Rwanda, située à Kacyiru.

Selon le Dr Gakwaya, ces séances sont une bonne nouvelle pour toute personne qui veut se décharger librement à son rythme sans crainte d’être jugé, de ses problèmes qui lui semblent insurmontables.

Le Rwanda non seulement fait face à des conséquences du Génocide contre les Tutsis mais aussi à un rythme accéléré de développement. Comme conséquence, l’augmentation de stress chez certaines gens car elles sont toujours occupées à travailler et n’ont même plus le temps suffisant pour s’occuper de leurs enfants.

D’où l’alcoolisme et les drogues chez les jeunes et comme le dit Gakwaya, « ce sont des signes de troubles psychologiques ». Et ces séances viennent comme non seulement un remède mais aussi comme une prévention pour tous ces problèmes.

« Nous n’allons pas nous limiter seulement sur la problématique du développement des troubles post-génocide, nous nous focaliserons également sur la problématique des pathologies qui se développent à cause de la vie de tous les jours. C’est notamment une gestion inadéquate de stress, usage nocif des substances psycho actives, la précarité, cumul des déceptions, perte progressive d’auto estime, des maladies graves etc. », a fait savoir Gakwaya.

« D’autres n’osent pas alors que ça va faire bientôt 25 ans que plus d’un million d’innocents a été macabrement exterminé lors du dernier et plus rapide génocide perpétré contre les Tutsi avec toutes ses conséquences que personne n’ignore , entre autres des problèmes extrêmement sérieux de santé mentale, non seulement dans toute la population mais aussi chez des survivants qui ont affronté des atrocités et/ou assisté à des scènes où les leurs se faisaient tirer dessus, poignarder, violer, découper en morceaux à la machette.

Quelles sont les raisons qui sont à l’ origine de cette campagne ?

Gakwaya veut donner sa contribution en utilisant son expertise et ses maigres moyens pour aider les Rwandais surtout les rescapés du Génocide contre les Tutsis.

« On est conscient de cette problématique liée au développement d’amalgame de troubles et/ou des rechutes brusques chez des rescapés ».

Gakwaya ajoute que ces troubles psychologiques apparaissent surtout pendant la période de commémorations.

« C’est à partir de là que nous, groupe de psychologues, psychiatres, journalistes, sociologues, avons songé à mettre sur pied un projet de soins de santé mentale gratuits visant les activités de prévention de développement des pathologies et activités de prise en charge en cas de déclarations des maladies ».


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité