Urgent

Rwanda-Uganda : Remise politisée au Rwanda du corps d’un contrebandier ; des institutions de l’EAC faibles

Redigé par IGIHE
Le 28 mai 2019 à 02:26

Ce lundi 27 mai 2019, l’Uganda a remis un contrebandier rwandais abattu dans sa course pour enjamber la frontière ugandaise au niveau du district Nyagatare, dans le secteur Tabagwe. Le Communiqué de la Police rwandaise dit que cette personne a été abattue sur le sol rwandais mais qu’elle a continué sa course pour tomber sur le territoire ugandais en profondeur de quelques vingtaines de mètres.

La cause de cette fusillade, elle avait été attrapée introduisant au Rwanda à partir d’Uganda un gros paquet de friperies usagées interdites d’entrée au Rwanda.
La cérémonie de passation de ce corps s’est déroulée au poste frontalier de Gatuna.

Une delegation de diplomates venus de Kampala pour le constat

La partie ugandaise avait invité toute une foule de hautes personnalités y compris le corps diplomatique en poste à Kampala. Cette façon de procéder invite à réfléchir. C’est comme si l’Uganda est entrain d’ameuter des témoins de la Communauté internationale comme quoi il est agressé par le Rwanda. Pourtant ici et là, il arrête et torture des citoyens rwandais en voyage maintenant illégal dans ce pays. Les derniers en date sont M. Pierre Samvura, 47 ans et Habiyaremye Eric, 25 ans, tous deux habitants du Secteur Tabagwe en district Nyagatare frontalier avec l’Uganda. Ils avaient été invités par une famille amie ugandaise située à1.5 Km de Tabagwe pour participer au baptême de son fils Sylver Muhweezi. Ils ont été arrêtés par des agents du CMI ugandais (Chieftancy of Military Intelligence) en pleine messe.

Le corps du contrebandier rwandais. Les services de securite rwandaise vont-ils continuer l'usage de ces mesures fortes ? N'est-ce pas ce qu'attendent les renseignements ugandais ?


Des pièges doucement posés par les services de sécurité ugandais

Tout semble concourir à une stratégie militaire, celle de tout faire pour provoquer en douceur la partie rwandaise. Le Rwanda reste sur sa ferme application de la loi qui interdit toute marchandise de contrebande entrant dans le pays.

« Le Rwanda ne tolèrera pas des marchandises de contrebande entrant dans le pays. Bien plus, vous avez dans vos cachots et autres lieux des citoyens rwandais innocents. Pourquoi nous amenez-vous uniquement ce corps ? », a demandé Mushabe, Maire de District Nyagatare, chef de la délégation rwandaise venue réceptionner le corps. Il prenait lui aussi à témoin la forte délégation de diplomates venus de Kampala constater la situation.

Maire Claudien Mushabe de Nyagatare, Chef de la Delegation rwandaise (a droite), au centre en retrait, Mme Caroline Kamusiime, Deputee au Parlement Ugandais a la ceremonie de remise du corps du contrebandier

Tout compte fait, l’Uganda semble vouloir monter les enchères. Il sait que le Rwanda contiendra difficilement ses ressortissants et les dissuadera difficilement de se rendre en Uganda, que ce pays fera tout pour continuer à provoquer la partie rwandaise en accusant de temps à autre certains sujets rwandais d’espionnage.

Une guerre psychologique : les renseignements ugandais tentent de demobiliser les Rwandais

Au moment où les services de renseignement ugandais continuent d’épauler les propagandistes du mouvement armé rwandais RNC/Rwanda National Congress du général dissident Faustin Kayumba Nyamwasa réfugié en Afrique du Sud en recrutant des jeunes rwandais, réfugiés en Uganda ou s’y rendant, ils tablent sur un point où les services de sécurité rwandais vont y aller très fort dans la répression des contrebandiers et autres personnes soucieuses de se rendre dans ce pays pour affaires familiales.

L’Uganda est-il enragé dans sa quête d’affaiblir le régime rwandais ? Pourquoi ce point de l’iceberg surgit-il de nos jours où l’intégration régionale de la Communauté de l’Af4rique de l’Est commençait à donner des fruits certains ? Mais au fait que font les autres pays membres de ces EAC pour tasser les problèmes qui surgissent entre les deux pays frères et voisins ?

Des institutions intégrationnistes faibles
Ce conflit rwando ugandais témoigne de la très grande faiblesse des institutions intégrationnistes de la EAC où on constate l’impuissance de l’Assemblée Législative de la EAC ou du Secrétariat Général de cette organisation qui ne sait pas organiser des médiateurs qui devraient accourir et comprendre à fond le problème épineux qui divise les deux pays.

Des hauts grades de polices des deux pays. Sont-ils entrain de s'entendre sur la facon de combattre des crimes transfrontaliers entre les deux pays autant que l'ont recommande les assises periodiques annuelles de l'EAPCCO/ Eats Africa Police Chiefs Cooperation Organisation ?

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité