Urgent

Rwanda cité pour ses stratégies de lutte contre la corruption en Afrique.

Redigé par IGIHE
Le 30 janvier 2019 à 01:16

L’Organisation Internationale chargée de la lutte contre la corruption et l’injustice-Rwanda (Transparency International Rwanda-TIR) a publié son rapport connu sous le nom de “Corruption Perception Index”, CPI, où le Rwanda est classé 1er en Afrique de l’Est, EAC, et 4ème en Afrique dans la lutte contre la corruption.

Le Secrétaire Exécutif du TIR, Mupiganyi Appolinaire, qui a présenté ce rapport, a dit qu’il a été réalisé dans 180 pays et classé, au niveau mondial, le Danemark1er avec 88%, la Nouvelle Zélande 2ème avec 87%, la Finlande 3ème avec 85%.
Ce rapport a montré le Rwanda à la 4ème place en Afrique avec 56% après les Seychelles avec 66%, le Botswana avec 61% et le Cap Vert avec 57%.

En Afrique de l’Est le Rwanda vient en 1ère position avec ses 56%, suivi de la Tanzanie avec 36%, le Kenya avec 27%, l’Ouganda avec 26% et le Burundi avec 17%.

Mupiganya a montré que sur les 180 pays où s’est effectuée la recherche 2/3 ont moins de 50% alors que la moyenne mondiale dans la lutte contre la corruption est estimée à 43%. Il a dit à cette occasion que ce qui a permis ce classement du Rwanda est la transparence dans le travail, la liberté de la presse, une justice indépendante et une participation de la population dans ce qui lui est redevable.

La Secrétaire d’Etat au Ministère de l’Administration Locale, Dr Mukabaramba Alvera, estime quant à elle, que cette place est due à la bonne gouvernance et à la politique de la tolérance zéro de la corruption, sans oublier la synergie des Institutions telle que celle de l’Ombudsman, le Ministère Public et les deux Chambres du Parlement.

“La volonté politique de l’Etat est la base qui nous donne la force de combattre la corruption, avec une population participative et qui est aussi consultée dans ses doléances”, a dit la Secrétaire d’Etat.

Elle a dit que c’est une joie que le Rwanda soit classé à une si bonne place dans la lutte contre la corruption en Afrique en général et dans la région en particulier, et demandé que plus d’effors soient fournis pour son éradication définitive, comme c’est l’objectif du pays.

“Tout ceci a été réalisé grâce à la bonne gouvernance ayant comme guide le Président Paul Kagame”, a-t-elle ajouté.

La Présidente du TIR, Ingabire M.Immaculée, a montré les causes de la corruption et dit qu’elle sera bannie quand les bras corrupteurs ne se déplieront plus et que les bras receveurs ne se tendront plus.

“Je désapprécie les corrupteurs , leur part de responsabilité n’est pas moindre, et ils sont punissables autant que les corrompus. Et si elle (corruption) n’était pas donnée, les mains receveuses se fermeraient”, a-t-elle fait observer.

Quant à Musangabatware Clément, l’Ombudsman Adjoint chargé de la lutte contre la corruption, l’obstacle qui persiste et qui fait que la corruption persiste encore, réside dans le fait de ne pas donner des informations. Le taux, encore très bas, il n’est que de 18%. Il a demandé aux Rwandais de se libérer et d’indiquer là où la corruption est suspectée pour qu’elle soit prévenue à temps. Il a dit également que l’Etat s’est fixé l’objectif de récupérer d’importantes sommes détournées par des fonctionnaires véreux.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité