Urgent

RIB prévient le meurtre de Nzitukuze par son mari Ntirenganya

Redigé par IGIHE
Le 3 novembre 2018 à 01:33

Ce jeudi 1er novembre 2018, RIB (Rwanda Investigation Bureau) vient de découvrir et annuler l’intention d’un plan de meurtre de Mme Yvette Nzitukuze ourdi par son mari Jean Maurice en instance de divorce.

Jean Maurice a été arrêté dans la soirée de ce jeudi 1 novembre alors qu’il prenait son verre dans un cabaret Chez Musoni au lieu dit SONATUBE dans le quartier Kicukiro (Sud Est de Kigali).

Le couple de mariés Yvette Jean Maurice vit régulièrement ensemble depuis 2007 avec deux enfants, fruit de cette union qui a connu une cohabitation difficile depuis la venue au monde du premier enfant, d’après Mme Yvette.

"J’ai vendu mes deux motos pour monter une boutique-alimentation depuis que mon mari m’a clairement signifié d’apprendre à m’autosuffire", a confié à IGIHE, Yvette qui ajoute : "Il me battait souvent après m’avoir pris de force mon téléphone au point que j’ai dû appeler au secours la Police par le biais de mon employé de maison. La police l’a arrêté et il m’a écrit une lettre demandant pardon pour qu’il soit relâché".

"J’ai dû, par la suite, quitter le foyer conjugal par trois fois et lui, il a connu deux fois l’arrestation par la police pour les mêmes raisons", a confié Yvette.

Le Complot de meurtre
Jean Maurice, le mari de Yvette aurait contacté un marabout à qui il a promis un million de francs pour qu’il jette un sort mortel à sa femme, que le sorcier aurait reçu dejà un acompte de 100.000 Frw avant d’aller déclarer le projet criminel à RIB.

"Ntirenganya Jean Maurice a été arrêté suite aux informations transmises par la communauté où vivait le couple. Nous remercions la personne (le sorcier) qui a reçu la mission d’éliminer la pauvre dame, lui qui a décidé de ne pas exécuter le crime. Le commanditaire a été pris en flagrant délit en versant un autre acompte de cent mille francs à ladite personne qui devait exécuter le crime", a confié M. Mbabazi, le Porte-parole de RIB.

En effet, Jean Maurice serait passé indirectement aux aveux car le sorcier lui ayant dit qu’il avait terminé sa part de contrat en tuant sa femme Yvette, celle-ci vivait depuis un bon temps séparée de son mari et avait loué un appartement où elle vivait avec ses enfants :

"Je vous demande de me donner la permission d’aller aux obsèques de ma femme que j’ai tuée", ainsi s’est-il adressé aux investigateurs de RIB qui l’avaient mis en garde à vue.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité