Urgent

Question des habitants de SABE au Bureau de l’Ombusdman

Redigé par IGIHE
Le 26 février 2014 à 06:50

Le bureau de l’Ombudsman burundais a publié un communiqué exprimant son avis sur les citoyens du site SABE qui observent un sit-in ce bureau. Ce bureau a informé que les négociations ont débuté sur les urgences humanitaires à établir avant de continuer avec le fond du conflit.
Dans un point de presse organisé par le bureau de l’Ombudsman et animé par le Jérôme NDIHO, directeur de la Médiation, Education Civique et Communication de l’Ombudsman, il a été annoncé que la question des 256 citoyens qui ont (...)

Le bureau de l’Ombudsman burundais a publié un communiqué exprimant son avis sur les citoyens du site SABE qui observent un sit-in ce bureau. Ce bureau a informé que les négociations ont débuté sur les urgences humanitaires à établir avant de continuer avec le fond du conflit.

Dans un point de presse organisé par le bureau de l’Ombudsman et animé par le Jérôme NDIHO, directeur de la Médiation, Education Civique et Communication de l’Ombudsman, il a été annoncé que la question des 256 citoyens qui ont été très récemment refoulés du Site SABE, surnommé « Ku Mase » est en phase de négociation.

Avec 6 délégués élus par ces citoyens en sit-in devant le Bureau de l’Ombudsman, Jérôme NDIHO dit que ces citoyens demandent, en premier lieu, au ministère en charge de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme, des terrains où ils peuvent s’établir.

Mais, le bureau de l’ombudsman a instruit de négocier une solution urgente et humanitaire qui indique un emplacement provisoire pour caser ces citoyens en attendant la recherche dans la sérénité d’une solution durable et acceptable pour les deux parties en conflit.

Depuis l’Afrique du Sud, Mouhamed Rukara a recommandé de négocier avec l’Administration Communale de Ngagara puis avec la Mairie de la Ville de Bujumbura avant d’atteindre le ministère ayant en charge la Solidarité et les niveaux supérieurs.

Ces anciens habitants du site SABE surnommé « Ku Mase » disent que l’auteur de leur « tourment » actuel est Prosperine Ndayishimiye, chef de quartier Ngagara 9.

Ces sinistrés accusent cette dernière d’être la complice de l’administrateur de Ngagara dans la vente des propriétés qui leur étaient réservées. Prosperine Ndayishimiye aurait changé à deux les cartes d’identité de ces anciens occupants de Ku Mase, avançant qu’elle veut leur accorder des parcelles.

Mais par après, ces habitants disent qu’ils se sont rendu compte que Prosperine a enregistré ces parcelles sur le compte de ses enfants et ses proches. les sinistrés en sit-in devant le bureau de l’Ombudsman disent que leurs petites maisons ont été détruites et brûlées.

Ces citoyens souffrent le martyr devant ce bureau de l’Ombudsman parce qu’ils dorment à la belle étoile, à la merci des moustiques et du froid. Parmi eux se trouvent 144 femmes, 121 hommes et 119 enfants ; tous sont en proie de la faim. Les mamans sont en colère noire de voir leurs enfants qui n’ont rien à mettre sous la dent.

Signalons que certains habitants de SABE disent qu’ils habitaient sur ce site depuis 1960 tandis que les autres disent qu’ils habitent là depuis 1993.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité