Urgent

Pourquoi les coûts d’ exploitation augmentent dans les banques rwandaises

Redigé par igihe
Le 11 mars 2020 à 03:47

Les coûts de fonctionnement des banques locales ont augmenté régulièrement au cours des trois dernières années, selon les statistiques de la Banque Nationale du Rwanda, BNR.

En 2019, les banques rwandaises ont engagé des frais de fonctionnement de 372,5 milliards de frw contre 278,4 milliards en 2016. Le motif principal de cette hausse a été les taux d’intérêt car les 16 prêteurs locaux doivent emprunter de l’argent à l’extérieur du pays et souvent en devises étrangères. ce qui fait grimper les coûts.

Diane Karusisi, Directrice Générale de la Banque de Kigali, a dit que cela fait souvent augmenter le coût des opérations car les banques n’empruntent pas à la BNR. Elle s’exprimait ainsi lors de la déclaration de la Politique monétaire et de Stabilité financière de la BNR la semaine dernière.

Les banques locales ont également enregistré une augmentation des coûts en raison de l’adoption de services numériques qui devraient stimuler l’inclusion financière, davantage de services aux clients et améliorer leur qualité. L’adoption des services numériques s’accompagne de coûts tels que ceux de l’acquisition de systems, des infrastructures nécessaires et de la formation du personnel.

Les Banquiers qui ont pris la parole à cette occasion ont déclaré que l’adoption des services numériques est l’un des principaux motifs du rehaussement des coûts et qu’il le restera pendant plusieurs années, entre 5 et 7 ans.

La période nécessaire pour que les banques puissent récolter les bénéfices de l’investissement dépend, entre autres, du rythme d’adoption par le public et de l’impact sur l’inclusion financière.

Robin Bairstow, Président de l’Association des Banquiers Rwandais, a déclaré à Doing Business que les coûts les plus élevés pour la plupart des banques sont entraînés par les coûts de numérisation.

Bairstow a ajouté que les coûts de fonctionnement devront encore augmenter à mesure que les investissements dans la technologie se poursuivront.

A l’échelle mondiale, la numérisation des services bancaires est une tendance populaire car les prêteurs cherchent à atteindre de manière innovante les clients en remplacement des longues files d’attente habituelles devant les guichets des Banques. Partout dans le monde, les services bancaires sont de plus en plus disponibles via les téléphones mobiles et l’Internet.

Les frais de fonctionnement des banques ont également augmenté en raison des provisions pour créances irrécouvrables qui représentent environ 18% de toutes les dépenses, soit environ 67,8 milliards de frw. En effet, il y a eu d’ importantes radiations de créances irrécouvrables d’environ 57 milliards de frw.

Une loi de 2017 oblige les banques à annuler les prêts qui ont été classés comme une perte pendant plus de 360 jours. De plus en plus de radiations augmentent les dépenses, et les banques devraient constituer des provisions à 100% sur les prêts radiés sans déduire la valeur des garanties.

Les banques sont également en train de réduire leur réseau d’agences en adoptant les technologies numériques. Cela va contribuer à la stabilité des coûts de location d’immeubles.

Cependant, la rentabilité des banques a augmenté ces dernières années, car elle n’a pas été proportionnelle à la hausse des coûts d’exploitation. En 2019, les 16 banques rwandaises ont réalisé un total de 76 milliards de frw contre 29 milliards en 2017.
Dans la déclaration de stabilité financière, la BNR a exprimé son intérêt pour l’avenir de la rentabilité des banques, car elles dépendent actuellement des prêts et de la qualité des prêts.

Alors que les marges d’intérêt diminuent, la BNR craint que cela ne constitue une menace pour la rentabilité des banques. Pour cela, les banques sont appelées à diversifier leurs activités génératrices de revenus, principalement par la croissance des revenus autres que d’intérêts. Les revenus autres que d’intérêts étaient d’environ 35,6 milliards de frw en 2019.

Commentant les coûts de fonctionnement des banques, Peace Uwase, Directrice de la Stabilité Financière de la BNR, a déclaré à Doing Business que le ratio du coût total des revenus des banques locales, qui s’élèvait à 77,1% en 2019, indique une augmentation des revenus bancaires.

Le ratio des coûts aux revenus correspond aux dépenses d’exploitation par rapport au revenu d’exploitation généré par la rentabilité d’une banque. Un ratio inférieur est meilleur car il signifie une rentabilité plus élevée. En 2017, le ratio pour les banques locales était de 85,1%.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité