Urgent

Nucléaire civil au Rwanda : la Russie choisie comme partenaire

Redigé par Jeune Afrique
Le 9 décembre 2018 à 03:25

Le mémorandum comprendra également la création de programmes de sensibilisation du public aux technologies nucléaires et à leurs utilisations, ainsi que le rôle des radio-isotopes et des technologies de radiation dans l’agriculture, les soins de santé et la fabrication. Le Rwanda et Rosatom créeront des groupes de travail conjoints qui identifieront des projets de coopération spécifiques. La prochaine étape de cette coopération bilatérale devrait être l’élaboration d’un accord-cadre intergouvernemental Russie-Rwanda.

Kigali, pour sa percée technologique notamment en matière de nucléaire, a choisi la Russie. Un choix nullement désuet, car la Russie, pionnier et chef de file dans ce secteur célébrerait avec le Rwanda cette année, 55 ans de relations bilatérales. Une célébration qui a vu en juin la visite du Ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov pour une journée de travail.

Signature d’un mémorandum d’accord

le 22 juin 2018, Jeanne d’Arc Mujawamariya l’ambassadeur du Rwanda en Russie et Nikolay Spasskiy directeur général adjoint et directeur du département des affaires internationales de Rosatom, entreprise publique russe et un des leader mondiaux dans l’application de la technologie nucléaire, signaient ce qui allait être le premier accord entre les deux pays concernant les utilisations pacifiques de l’énergie atomique.

Un accord qui selon la presse internationale aidera le Rwanda à la création de programmes de sensibilisation du public aux technologies nucléaires et à leurs utilisations, ainsi que le rôle possible des radio-isotopes et des technologies de radiation dans l’agriculture, les soins de santé et la fabrication.

Signature d’un accord cadre

Pour faire suite au mémorandum d’accord, ces derniers ont convenu de l’élaboration d’un accord-cadre intergouvernemental Russie-Rwanda, qui définirait les fondements juridiques de l’institution de la coopération nucléaire entre les deux parties ; surtout que cette coopération inclura le développement d’une infrastructure nucléaire dans le pays africain.

C’est chose faite ce mercredi 05 décembre où à Moscow, le ministre rwandais des infrastructures, Claver Gateté et le directeur général de l’Agence fédérale russe de l’énergie atomique ROSATOM, Alexeï Likhachev mettaient par écrit les détails de la coopération.

« Nous sommes heureux de fournir à nos partenaires rwandais l’accès à plus de 70 ans d’expérience de la Russie dans le domaine des utilisations pacifiques de la technologie nucléaire, et nous espérons que la coopération dans ce domaine contribuera à la croissance économique du Rwanda et à l’amélioration de la qualité de vie de sa population » déclarait après la signature Alexeï Likhachev en des propos rapportés par un média international.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité