Urgent

NFPO et IDEA organisent une formation de jeunes leaders politiciens en herbe africains

Redigé par IGIHE
Le 23 juillet 2019 à 12:09

IDEA (International Institute for Democracy and Electoral Assistance) et el NFPO (Le Forum national des Partis Politiques Agréés au Rwanda) dans le pays organise des journées universitaires à l’intention de jeunes venus des partis politiques agréés dans le pays mais aussi des jeunes leaders des partis politiques venus de six pays du continent africain. Sur quoi portent les échanges ? Essentiellement sur la déontologie et l’éthique du politicien, sur le renforcement de capacité dans leur carrière politique, sur la capacité de compréhension et de tolérance des idées d’autrui...

Ces journées universitaires organisées par le Forum des Partis Politiques Agréés dans le pays rassemblent des jeunes venus de tous les partis politiques actifs dans le pays. Chaque parti désigne quatre jeunes à y participer. Pour cette session 2019, ces journées accueillent également des jeunes politiciens en herbe de Guinnée Conakry, du Cameroun, d’Ethiopie, du Ghana et du Zimbabwe.

Des questions idéologiques transversales : ethique et renforcement de capacité

Difficile de comprendre pourquoi seuls les jeunes des cinq pays ont été uniquement invités alors qu’il aurait fallu organiser une sorte de congrès de jeunes africains autur des " idées sur la manière de renforcer leurs capacités et leurs compétences afin de devenir des agents plus efficaces de changements positifs et constructifs dans la prévention / atténuation des conflits électoraux et politiques dans leurs pays respectifs".

Est-ce la capacité financière qui fait défaut aux organisateurs ? Curieux alors que le Président Paul Kagame est devenu l’idole de ces jeunes gens. N’aurait-il pas fallu une représentation équilibrée des jeunes des pays du Continent ? Kagame ne devrait-il prendre assez de temps pour dialoguer au politique, à la sagesse nécessaire dans la gouvernance sociale, à la nécessaire éthique et l’idéal du politicien qui pense élever le niveau de ses citoyens ; ce qui lui permet de récolter les dividendes du pouvoir comme conséquence de ses actions et non comme la cause, l’objectif poursuivi.

S’adressant à l’académie hier, la porte-parole du Forum consultatif national des organisations politiques (NFPO), Christine Mukabunani, a déclaré que les hauts responsables ont la responsabilité d’éduquer les jeunes sur la manière démocratique de faire les choses.

« On dit que les jeunes d’aujourd’hui sont la force, l’espoir et les leaders de demain. C’est vrai, et en tant que hauts responsables des différentes organisations politiques, nous avons la responsabilité de les éduquer et de les former de manière démocratique aux postes politiques », a déclaré lançant les travaux de ces journées universitaires, Mme Christine Mukabunani, Présidente du PS IMBERAKURI et actuelle présidente en exercice du NFPO.

Cette politicienne ne focalise que sur l’actualité d’une Afrique rongée par des conflits et des violences liées à la mauvaise distribution de richesse et à la paresse congénitale des Africains qui, la plupart de fois, manquent de créativité, d’initiative et d’esprit d’abnégation dans le travail créateur de richesses sociales.

« Les pays ont peut-être des lois, des politiques et des programmes bien écrits, mais le plus important est leur mise en œuvre, l’engagement des dirigeants et des citoyens à obtenir des résultats tangibles. Le rôle de la jeunesse dans le développement de tout pays doit toujours être pris en compte », a-t-elle déclaré.

Elle a demandé aux participants aux débats de saisir cette occasion pour partager leurs expériences, leurs connaissances et les outils qui les aideront à élaborer des stratégies visant à prévenir les violences électorales, politiques et les conflits dans leurs pays respectifs.

Pourquoi le Rwanda ?

Ces Journées universitaires d’Eté de ce juillet 2019 constituent une troisième édition qu’IDEA en partenariat avec NFPO organise au Rwanda. Il est intéressant de voir que pour cette session, les jeunes de quelques autres pays d’Afrique y participent.

« Le Rwanda a été choisi parce que les jeunes ont joué un rôle négatif à la fois pendant le génocide contre les Tutsis et par la suite qu’ils ont également joué un rôle positif très important dans le processus de reconstruction de la société rwandaise. Cela peut encourager les jeunes et les jeunes politiciens », a indiqué Frank Kayitare de IDEA (Institut International pour la Démocratie et Assistance Electorale, principal sponsor de ces journées de débat démocratique qui vont durer toute une semaine.

Pourquoi cinq pays

Kayitare a expliqué que bien que le thème concerne la jeunesse africaine, seuls six pays ont été choisis sur la base du fait qu’ils entrent bientôt dans la saison des élections dans leurs pays respectifs.

« Nous avons naturellement choisi les pays qui se rendent aux élections et où le risque de violence est légèrement plus élevé que les autres. Il y a des risques que les jeunes peuvent être manipulés dans la violence électorale. Cette session jouera comme une sorte de diplomatie préventive », a-t-il expliqué.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité