Urgent

Neuf rwandais porte plainte contre l’Uganda pour sévices corporels

Redigé par IGIHE
Le 14 août 2019 à 07:56

Ce mardi 12 août un groupe de neuf Rwandais déportés d’Uganda après séquestration et tortures, ont porté plainte à la Cour de Justice de la Communauté de l’Afrique de l’Est sise à Kimihurura, un quartier du Centre Est de Kigali, pour arrestation et détention illégales et torture faites par les instances de sécurité ugandaises alors qu’ils étaient en voyage en Uganda.

Les Rwandais ayant subi des tortures dans les cachots du CMI

action est la deuxième du genre. En effet, en juin dernier, un couple rwandais et un enseignant de Trust Law Chambers ont déposé une requête similaire auprès du même tribunal, demandant à être indemnisés après avoir passé au moins neuf mois en détention en Uganda pour des accusations sans fondement.

Le groupe de neuf personnes en question, après avoir déposé sa plainte, s’est prêté à la presse pour montrer des blessures physiques occasionnées par des tortures qu’ils ont subi dans leur captivité. Ce sont principalement des membres de l’Association des églises pentecôtistes du Rwanda (ADEPR).

De lourdes pertes occasionnées par ces arrestations et déportations

Pour le pasteur de l’ADEPR, Jean de Dieu Singirankabo, qui s’était installé en Uganda il y a treize ans où il a créé une église et une organisation non gouvernementale dénommée Fondation Munezero pour la Vie de soutien aux orphelins.

« Tout a bien commencé. Au cours de cette période, nous avons ouvert plusieurs bureaux et acheté du matériel d’une valeur d’environ 100 000 dollars, acheté un charroi de voitures pour une logistique nécessaire dans notre travail de terrain », a déclaré le Pasteur Singirankabo qui, comme ses camarades d’infortune, a perdu la direction de cette immense organisation pour avoir été immédiatement déporté pour le Rwanda à sa sortie de prison.

« Ils ont arrêté de nombreux membres de notre église. En mai de cette année, les agents sont venus chez moi et m’ont arrêté ainsi que six autres personnes de ma famille. Ils nous ont bandé les yeux et nous ont menottés. Nous avons été emmenés dans les ’Safe houses’ du CMI (Chieftency of Uganda Military Intelligence), où nous avons été passés à tabac, accusés d’espionnage et de complot visant à renverser le gouvernement ugandais », a-t-il déclaré.

Six semaines après leur arrestation, lui et quelques autres ont de nouveau été menottés et les yeux bandés avant d’être jetés à la frontière de Gatuna/Rwanda avec instruction de ne plus jamais revenir en Uganda.

Le Pasteur Jean de Dieu Singirankabo qui va fonder une église prospère en pays étranger ne pensant pas que cela le fragilise et qu'il éveille des jalousies des nationaux ugandais

« Nous avons tout perdu. Je dois tout recommencer ici. Ce que je veux du gouvernement ugandais, c’est justice pour moi-même. Je suis une coquille vide parce que j’ai été douloureusement torturé à la poitrine et à la cage thoracique. Je veux aussi qu’ils libèrent les autres, mes paroissiens, que nous avons laissés derrière nous », a-t-il déclaré.

Avec The Newtimes


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité