Urgent

Murekezi, arrêté au Malawi pour présomption de génocide et extradé au Rwanda

Redigé par IGIHE
Le 28 janvier 2019 à 11:58

Le Service Pénitencier du Malawi a extradé pour le Rwanda ce lundi 28 janvier 2019, le sieur Murekezi Vincent en procès depuis un temps contre son extradition au Rwanda et des accusations de corruption.

Cet individu, présumé coupable de crimes de génocide perpetré contre les Tutsis en 1994, a été jugé en février 2017 par le Tribunal du Malawi et reconnu coupable de corruption pour écoper une peine d’ emprisonnement de 4 ans.

Il avait été accusé d’avoir donné à un agent du service des impôts à la douane du Malawi, une somme de 300.000 kwacha pour faire entrer des boissons en provenance de la Hollande en passant par le Mozambique, faisant ainsi une évasion fiscale de 2,2 milions de kwacha.

Cette peine de quatre ans de prison ferme a été prononcée pendant que le Rwanda réclamait son extradition pour qu’il soit jugé pour les crimes de génocide. Le Service Pénitencier et correctionnel du Rwanda a déclaré son extradition s’être faite conformément aux récents accords de coopération avec le Malawi relatifs à l’échange de prisonniers.

Murekezi terminera le reste de sa peine d’emprisonnement dans la prison de Nyarugenge sise à Mageragere. Le Procureur Général de la République, Mutangana Jean Bosco, a dit à IGIHE que la demande d’extradition de Murekezi signifie aussi qu’il sera jugé pour des crimes de génocide dont il est présumé coupable, commis dans la Province du Sud.

Le crime de génocide est un crime imprescriptible de telle sorte que le présumé coupable est poursuivi en justice dès lors qu’il est saisi ou qu’on ait trouvé des preuves pour lesquelles il n’aura été jugé auparavant. Le Bureau du Procureur Général affirme avoir envoyé des papiers de demande d’arrêt au Malawi en 2009, en Zambie en 2011, et qu’il n’a été saisi que le 8 décembre 2016.

Le porte-parole du Ministère Public, Faustin Nkusi, a dit à IGIHE que les accusations contre Murekezi ne datent pas d’aujourd’hui, qu’il a son dossier au Rwanda, et que même le Tribunal Gacaca a décrété la perpétuité in absentia.

“Nous le poursuivons pour des crimes de génocide, des massacres et des crimes contre l’Humanité. A cela s’ajoute la complicité dans l’exécution du génocide, dans la conception du génocide, à Butare- Ngoma dans ce qui était alors Secteur Tumba”, a dit Nkusi.

“Il est de ceux qui ont conduit des attaques, contrôlé des barrières, organisé des réunions, et bien d’autres. Le Tribunal Gacaca du Secteur Tumba avait prononcé à son encontre et en son absence une peine d’emprisonnement à vie”, a-t-il poursuivi.

Murekezi, au Malawi depuis 2003, avait demandé et obtenu en 2008, par la Police du pays, la carte de séjour, après que celle-ci ait montré qu’il n’était coupable de rien. Il a eu la nationalité malawite en 2013 après avoir payé 5000$, le 9 mars 2016, et obtenu un passeport national.

Murekezi avait 20 ans au moment du génocide.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité