Urgent

Les Services de Sécurité ugandais pointés du doigt dans la disparition de Ben Rutabana.

Redigé par IGIHE
Le 4 mars 2020 à 02:26

Difficile d’y croire tellement elle est déroutante l’attitude des Services de sécurité ugandais. Comme si nier l’évidence ne suffisait pas, ils prétendent maintenant que, non seulement ils ne savent pas où il est, mais aussi ils ne connaissent même pas, ce Ben Rutabana.

Telle a été la réponse de ces Services transmise par écrit à la Haute Cour de Kampala suite à la demande du Juge Esta Nambayo que Rutabana Ben soit porté devant la justice.

Porté disparu depuis cinq mois, Rutabana est toujours en Uganda selon plusieurs témoignages dont ses avocats.
La Haute Cour de Kampala a alors ordonné à la Branche de l’Armée chargée du renseignement, CMI, et aux Services du Renseignement, ISO, d’amener Ben Rutabana devant le Tribunal.

“Nous sommes arrivés à la Cour et le Juge nous a dit avoir reçu deux lettres, la première émanant du Service juridique de l’Armée ougandaise, UPDF, la seconde du Special Invistigation Bureau, toutes les deux prétendant ni savoir où il est, ni, encore moins, connaître cet homme, et qu’ils n’y peuvent donc rien”, a confié David Mushabe, l’Avocat de Rutabana, à la VOA.

Malgré le déni de ces services, Me Mushabe a dit que plusieurs preuves confirment la détention de son client dans leurs murs.
“Je le dis à l’appui des preuves fournies pas sa famille en plus de celles de plusieurs ONG. Par ailleurs, les documents des services de l’Immigration montrent que Rutabana est bel et bien entré sur le territoire ougandais mais aucun ne prouve nulle part sa sortie”, a-t-il ajouté. Mushabe a dit, en outre, que les gens habillés en civil qui ont saisi son client à Kampala lui ont affirmé qu’ils travaillent à la solde des services de sécurité.

Bien que ces services persistent à nier de détenir Ben Rutabana, la Cour leur a accordé une seule semaine pour qu’ils aient montré leur détenu et se présenter, avec lui, devant la Cour, le 5 mars 2020.

“S’ils continuent de nier sa détention, nous serons alors arrivés au bout du chemin, et s’ils nous l’amènent ce sera une bonne chose”, a conclu Me David Mushabe, avec amertume.

Rutabana avait été arrêté le 5 septembre 2019 à 13h50 à Kampala où il se rendait pour ses activités au sein du groupe armé dissident du Rwanda, le Rwanda National Congress, RNC, de Kayumba Nyamwasa avec lequel il était en brouille.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité