Urgent

Les parlements rwandais et néozélandais s’engagent à une coopération bilatérale active

Redigé par IGIHE
Le 19 avril 2019 à 12:06

Le président de la Chambre des Représentants de la Nouvelle-Zélande, Trevor Mallard, a conduit ce mercredi 17 avril, une délégation de cinq législateurs de son pays pour une visite de travail de cinq jours avec son homologue rwandais, Donatille Mukabalisa.

Mukabalisa avait autour d’elle un groupe de députés lors d’une réunion qui s’est déroulée dans les bureaux du Parlement rwandais de Kimihurura. La rencontre était centrée sur l’approfondissement des relations entre les parlements des deux pays.

Le président Trevor a déclaré que le but de sa visite est de comprendre l’histoire du Rwanda et son contexte et de faire preuve de solidarité avec le Rwanda lors de la commémoration en cours du 25ème génocide contre les Tutsi.

« Nous avons déjà un partenariat avec le Rwanda mais nous ne comprenons pas vraiment son contexte et son histoire. Nous sommes venus ici pour apprendre », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Le génocide est inacceptable et nous devons établir des instruments juridiques permettant un système d’alerte et d’intervention rapide internationaux, des mécanismes de maintien de la paix qui interviennent chaque fois qu’il y a des conflits et des meurtres dans tel ou tel pays. Nous sommes ici alors que le Rwanda commémore le génocide perpétré contre les tutsi pour mieux comprendre l’histoire du Rwanda et son expérience », a-t-il ajouté.

"Nous avons un héritage commun en tant que membres du Commonwealth. Nous entretenons de bonnes relations. Plus nous interagissons, plus nous nous comprenons et cela sera bénéfique à la fois pour notre paix et pour notre croissance économique", a-t-il souligné.

La présidente du Parlement rwandais, Mukabalisa, a déclaré que la visite de son homologue de Nouvelle-Zélande montre à quel point la Nouvelle Zélande évalue à sa juste valeur et comprend les dangers du génocide (idéologie) et qu’elle est prête à le combattre.

« Nous rendre visite dans les 100 jours de commémoration du génocide des Tutsi est un bon signe. Ils comprennent et respectent ce que cela signifie pour nous », a-t-elle déclaré.

« Nous travaillons déjà ensemble principalement dans le domaine de l’éducation, mais nous souhaitons également élargir notre relation à de nombreux autres secteurs. Nous sommes impatients de travailler avec eux non seulement dans le secteur de l’éducation, mais également dans d’autres secteurs tels que la santé et l’agriculture", a ajouté Hon. Mukakalisa.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité