Urgent

Les industries de confection d’habits obtiennent un financement pour créer plus d’emplois

Redigé par IGIHE
Le 19 février 2020 à 06:09

Les usines locales de confection font partie de 117 entreprises privées intervenant dans l’agro-transformation, l’énergie, l’hôtellerie, les TICs, le transport et la logistique qui ont reçu plus de 2 milliards de frw du Gouvernement afin de former et fournir aux jeunes les compétences pratiques nécessaires sur le marché du travail.

Plus de 3 515 personnes de moins de 35 ans, parmi 10.000 sans emplois,seront bientôt déployées par le Gouvernement dans ces entreprisesprivées, par le biais de la Work Development Authority, WDA, avec une subvention de lA Banque Mondiale.

Le programme accorde des subventions aux entreprises présentant les propositions les plus adaptées en tant qu’instrument efficace pour réduire rapidement les écarts de compétences et créer des opportunités d’emploi.

Après la formation, les entreprisessontcensées employer la plupart des stagiaires tandis que d’autrespourrontcréerleurspropresemplois.

De plus, chaque stagiaire recevra chaque jour 2 000 frw d’allocation.
Maryse Mukangabo Mbonyumutwa, co-fondatrice de l’usine Pink Mango C&D qui a commencé ses opérations dans la zone économique spéciale en mai 2019, a déclaré que ce soutien contribuera à augmenter une main-d’œuvrequalifiée.

L’usinedevraitrecevoirune subvention de 600 milions de frw du Gouvernement pour former plus de 1000 jeunesdurantunepériode de trois à six mois.

« Le soutienestaussiopportunqu’important. Nous employonsactuellement plus de 1 000 personnes. Nous visons à employer 7 500 travailleurs au cours des cinq prochainesannées. Celasignifie que la formation d’un plus grand nombre de personnesgrâce à la subvention qui nous estaccordéeest un grand coup de main », a-t-elledéclaré.

Elle a dit avoiractuellement un marché au Rwanda, en France, enAllemagne et enAngleterre.

Marie Claire Uwamahoro, Représentante d’une usine appelée Iyiwacu Sewing Ltd produisant des vêtements pour femmes et enfants et située dans le District de Kicukiro, a déclaré avoir reçu 15 milions de frw du Gouvernement pour former 25 personnes.

« Lorsque j’ai lancé l’entreprise, j’ai rencontré différents défis, notamment le manque de travailleurs qualifiés dans le raffinage des vêtements pour les rendre compétitifs sur le marché international. Le soutien du Gouvernementaméliorera les compétences de 25 personnes et j’enemploierai 20 », a-t-elledéclaré.

« Lorsque le Gouvernement a commencé àsupprimerprogressivement le commerce des vêtements d’occasion, j’ai saisi cette opportunité pour lancer une usine en 2018. J’ai fait les TIC à l’ école et je formerai également les travailleurs à l’utilisation des TIC dans notre production de vêtements », a-t-elle affirmé.

Pascal Gatabazi, Directeur de la Workforce Development Authority, WDA,estime que l’initiatived’impliquer le secteurprivé vise à minimiser les écarts de compétences entre les travailleurs, ce qui affecte les opérateursprivés et permet au Gouvernement d’atteindre l’objectif de créer au moins 1,5 milion de nouveauxemploisd’ici 2024.

« Les entreprisesaugmenterontrapidementl’offre de compétencesen forte demande sur le marché du travail », a-t-ildéclaré.

« Nos jeunestrouveront un emploi, mais les entreprisespourrontégalementrecruter des personnesqualifiées. Nous devronscollaborer pour nous assurer que les formations se déroulent bien. Nous effectueronségalement des audits pour évaluersielles ontdonné les résultatsescomptés », a-t-ilpoursuivi.

Gatabazi a déclaréqu’aumoins 80% des stagiaires pourronttrouver un emploi après les formations.

« Le Gouvernement a mis en place des mesures pour créer des emploischaqueannée. Par conséquent, nous devonsrenforcer les capacités des écoles enaugmentant les pratiques des élèves ».

Le programme vise à réduire les lacunesen matière de compétences en augmentant rapidement l’offre de compétences exigées sur le marché du travail », a-t-il noté.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité