Urgent

Les fabricants veulent plus de temps pour éliminer les plastiques à usage unique.

Redigé par
Le 28 mars 2019 à 05:32

En janvier de cette année, le Gouvernement a approuvé un projet de loi interdisant l’usage des plastiques à usage unique dans le cadre des efforts visant à protéger l’environnement des menaces causées par des matériaux non biodégradables.

Toutefois, les fabricants ont exprimé leurs craintes de subir des pertes si la loi, encore en étude au Parlement, entrait immédiatement en vigueur.
En vertu du projet de loi, le Gouvernement propose d’accorder aux entreprises un délai de grâce de deux ans pour cesser de fabriquer des plastiques à usage unique, une période que les fabricants locaux estiment trop courte, certaines entreprises ayant fortement investi dans la fabrication de plastiques à usage unique.

Les fabricants affirment que cela pourrait les exposer au risque de perdre beaucoup d’argent et de ne pas pouvoir rembourser leurs crédits bancaires.
Lors d’une réunion mardi avec la Commission parlementaire de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Environnement, les fabricants ont déclaré qu’il leur était impossible de trouver des solutions de rechange pour les emballages une fois que les plastiques à usage unique seraient interdits.

Beaucoup ont exprimé leur souhait de voir prolonger ce délai de deux ans pour permettre une transition en douceur.

Désir Uwayo, Responsable de la Division des opérations alimentaires chez Entreprise Urwibutso, soutient la décision du Gouvernement d’interdire les plastiques à usage unique, mais ne pense pas qu’il soit temps de faire respecter la loi, craignant que les entreprises locales ne subissent des pertes.

L’entreprise Urwibutso aurait dépensé plus de 190 milions d’euros pour changer une seule ligne de conditionnement pour Akarusho, son vin de banane, qui, selon Uwayo, est coûteuse pour les entreprises locales qui produisent plus d’un produit.

« Nous espérons que la loi sera une solution à long terme pour protéger l’ environnement, mais nous ne voulons pas non plus que les entreprises ferment leurs portes. Je pense que nous pouvons trouver un compromis qui nous permette de protéger l’environnement en réduisant le volume de plastiques à usage unique et en appliquant les meilleures pratiques pour recycler les plastiques usagés, puis en prenant le temps de trouver des alternatives d’emballage qui remplaceront les plastiques de manière permanente au lieu de le faire tout de suite, a-t-il dit.

Pour d’autres produits, Uwayo a déclaré qu’il était possible de trouver des alternatives d’emballage, mais craignait que cela ne se traduise par une augmentation des prix susceptible d’affecter la compétitivité des produits locaux dans la région et à l’étranger, en particulier dans les pays qui utilisent des plastiques à usage unique.

Claudine Mukeshimana, Présidente de l’Association des fabricants rwandais, a déclaré que la majorité des défis auxquels sont confrontés les fabricants locaux réside dans l’emballage.

Elle a également demandé au comité de réviser le projet de loi et, en particulier son orientation, car les amendes proposées sont lourdes et d’autres intrants sont susceptibles de poser problème aux fabricants locaux en particulier et au secteur privé en général.

« Les plastiques à usage unique sont un gros problème pour notre environnement et personne ne veut vivre dans un environnement pollué. Mais il ne faut pas oublier non plus que les investissements dans les industries sont la clé du dévéloppement économique national. Alors, sauvons l’environnement et les entreprises », a-t-elle déclaré.

Ignatienne Nyirarukundo, Présidente de la Commission parlementaire permanente de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Environnement, a révélé qu’il existe plusieurs alternatives pour trouver des solutions aux défis mis en avant par les entreprises locales.
Les fabricants locaux ont eu deux semaines de plus pour discuter entre eux des alternatives possibles et des idées pouvant être partagées avec le comité.

Eddie Nsabimana, New Times, 28 mars 2019


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité