00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Les contraceptifs augmentent les risques de transmission du VIH/SIDA

Redigé par Olivier Kabalisa
Le 3 janvier 2012 à 04:51

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a confirmé ce lundi, les résultats des recherches qui suggèrent que l’utilisation de médicaments de contraception hormonale peut doubler le risque de contracter le VIH/SIDA et de le transmettre d’un partenaire à un autre.
C’est contre cette évolution que l’OMS a convoqué une consultation technique d’un groupe multidisciplinaire d’experts du 31 Janvier au 1 Février 2012, afin d’examiner toutes les preuves relatives aux effets potentiels de la contraception (...)

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a confirmé ce lundi, les résultats des recherches qui suggèrent que l’utilisation de médicaments de contraception hormonale peut doubler le risque de contracter le VIH/SIDA et de le transmettre d’un partenaire à un autre.

C’est contre cette évolution que l’OMS a convoqué une consultation technique d’un groupe multidisciplinaire d’experts du 31 Janvier au 1 Février 2012, afin d’examiner toutes les preuves relatives aux effets potentiels de la contraception hormonale sur l’acquisition du VIH/SIDA, la transmission et la progression de l’épidémie.

L’OMS a indiqué, dans un communiqué, qu’il prenait des précautions contre des changements à la politique hâtive de contraception ou de la pratique et convoquerai une réunion cette année pour discuter de l’étude cité ci-haut.

Une récente étude de l’Université de Washington à Seattle a révélé que les contraceptifs tels que le Depo-Provera peut doubler les chances d’une femme d’attraper le VIH. L’étude a suivi 3 790 couples dont un partenaire était séropositif.

Dans les couples où la femme a utilisé le Depo-Provera, la femme était presque deux fois plus susceptible de contracter des infections au VIH de leurs partenaires infectés que ceux qui n’utilisaient pas la contraception. Ces femmes étaient également deux fois plus susceptibles de transmettre des infections à leurs partenaires.

Depo-Provera, est une injection contraceptive utilisée par la plupart des femmes en Afrique sub-saharienne pour le contrôle des naissances.
Le gouvernement du Rwanda est actuellement dans un effort intensifié pour sensibiliser les couples sur le contrôle des naissances, où l’utilisation du Depo-povera est dominante.

Les contraceptifs fournissent une protection contre la grossesse jusqu’à 14 semaines, mais l’injection doit être reçue une fois toutes les 12 semaines pour rester totalement protégés.

L’OMS a indiqué que les experts décideront par consensus si des modifications étaient nécessaires pour les directives de l’OMS pour l’utilisation des méthodes hormonales chez les femmes séropositives ou les femmes à risque de contracter le VIH.

Il est estimé qu’environ 12 millions de femmes en Afrique sub-saharienne utilisent les injections et huit millions de personnes utilisent les contraceptifs oraux, tandis que 11 millions de femmes utilisent des méthodes non hormonales.

Au cours des 15 dernières années, le nombre de femmes choisissant d’utiliser les contraceptifs injectables a considérablement augmenté, car la méthode est très efficace et ne nécessite pas l’action quotidienne. Il peut également être utilisé en privé.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité