Urgent

Le Sénat propose la réduction du surpeuplement des prisons du pays

Redigé par IGIHE
Le 31 mars 2019 à 01:50

Le Sénat a décidé, jeudi 28 mars 2019, de faire pression sur le Gouvernement pour qu’il réduise le surpeuplement des Centres pénitentiaires et les Centres de détention du Rwanda, conformément à son plan de promouvoir les droits de l’homme dans le pays.

En présentant l’analyse du rapport annuel 2017-2018 de la Commission Nationale des droits de l’homme, Gallican Niyongana, Président du Comité sénatorial permanent des affaires sociales et des droits de l’homme, a déclaré qu’au fil des ans, le Gouvernement a progressé de manière significative dans le respect des droits de l’homme, bien que subsistent certaines lacunes.

« Bien qu’il y ait eu une amélioration considérable à tous les niveaux, il y a certaines questions sur lesquelles nous devrions accorder plus d’attention. L’une d’elles est le surpeuplement des établissements pénitentiaires et des salles de garde a vue du RIB (Rwanda Investigation Bureau) qui, selon nous, devraient être desengorges de manière permanente », a-t-il déclaré.

Cependant, la Sénatrice Marie Claire Mukasine a émis des réserves quant à l’utilisation du mot « en permanence », affirmant que la résolution de tels problèmes est un travail continu.

« Lorsque vous examinez certains crimes et leurs peines respectives, notamment ceux concernant la violence sexuelle, la corruption et la drogue, par exemple, il s’agit de crimes graves qui entraînent de lourdes peines et qui n’expirent jamais. J’ai eu un problème avec le « en permanence » parce que de manière réaliste, c’est un travail continu et les crimes augmentent », a-t-elle déclaré.

Le Ministre de la Justice a récemment abordé la question de la surpopulation carcérale. Johnston Busingye a déclaré aux Députés qu’un plan à long terme était de réduire le surpeuplement des établissements correctionnels en mettant davantage l’accent sur la réhabilitation.

« Nous ne gérons pas les prisons, nous gérons des établissements correctionnels. Dans le cadre de notre plan de lutte contre la surpopulation, nous travaillons à réduire le temps que les gens passent en prison. La loi stipule que, selon le crime et la peine, une personne peut être libérée après avoir purgé la moitié de sa peine ou les trois quarts de celle-ci », a-t-il déclaré.

Outre la surpopulation, le Sénateur Niyongana a également abordé la question du droit au travail, soulignant que certains employeurs, en particulier dans le secteur informel, continuent de violer les lois qui régissent leurs professions.
« Dans le secteur informel, vous rencontrerez des problèmes tels que le licenciement d’employés sans aucun respect du droit du travail et le non-versement de leurs fonds de sécurité sociale », a-t-il déclaré.

Niyongana a également abordé la question des Centres de transit en précisant toutefois que des efforts ont été déployés pour renforcer les capacités.
« Il y a des problèmes de personnes qui sont retenues inutilement dans le transit et d’autres qui sont retenues pendant de longues périodes. On nous a dit que lors de la semaine de la justice, la question avait été débattue et qu’il avait été convenu que les employés de ces Centres seraient davantage formés », a-t-il déclaré.

Source : Newtimes


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité