Urgent

Le Rwanda reçoit bientôt de la Banque Mondiale un fonds pour la lutte contre les changements climatiques

Redigé par IGIHE
Le 16 mars 2019 à 11:30

La Banque Mondiale a annoncé hier 14 mars , lors du troisième Sommet One Planet, qu’elle allait renforcer son soutien à la fois à la lutte contre les changements climatiques et à l’atténuation de leurs effets sur le climat en Afrique.

Le Président kenyan Uhuru Kenyatta, le Président français Emmanuel Macron, la Présidente par intérim du Groupe de la Banque Mondiale, Kristalina Georgieva, et la Secrétaire Générale adjointe des Nations Unies, Amina Mohammed, étaient présents au Sommet.

Parmi les interventions de la Banque Mondiale, on compte des engagements intensifs de contributions déterminées au niveau national pour la RDC , le Rwanda et le Kenya, dans le cadre du partenariat NDC et avec le généreux soutien du BMZ allemand.

Les engagements contribueront à accélérer la mise en œuvre et à accroître le niveau d’ambition de leurs CND en soutenant l’intégration systématique et l’institutionnalisation de l’adaptation au climat et de l’atténuation de leurs effets dans et entre les secteurs de développement et les niveaux de gouvernance clés.

“Grâce au soutien constant que nous apportons à IDA, notre fonds destiné aux pays les plus pauvres du monde, 22,5 milliards de dollars, seront ainsi alloués à l’Afrique au titre de l’adaptation au changement climatique et de son atténuation pour les cinq années à venir, de 2021-2025”, a dit Georgieva.

Cela fait plus que doubler l’engagement dans les projets liés au climat au cours des cinq dernières années. Ce financement fait partie des objectifs 2025 du Groupe de la Banque visant à renforcer l’action pour le climat, lancés en décembre 2018 lors de la COP24 des Nations Unies en Pologne.

Cela aidera les pays africains à gérer les risques liés au changement climatique tout en ouvrant de nouvelles opportunités d’investissement. La SFI et la MIGA, les branches du secteur privé du groupe, continueront également à développer de manière durable leurs activités liées au climat en Afrique.

Reconnaissant qu’un certain nombre de pays d’Afrique sont parmi les plus vulnérables aux chocs consequents aux changements climatiques mondiaux, et conformément à ces nouveaux engagements en matière de financement pour le climat et à l’orientation future de notre Plan d’affaires pour le climat en Afrique, plus de la moitié du financement de 22,5 milliards de dollars sera consacré à soutenir l’adaptation et la résilience en Afrique. Cela représentera environ 12 à 12,5 milliards de dollars sur cinq ans d’ici 2021-2025.

Cette année, par exemple, la Banque Mondiale fournira au Gouvernement éthiopien un programme d’appui à l’adaptation et à la résilience axé sur les résultats, le plus vaste jamais réalisé par la Banque Mondiale en Afrique.

La nouvelle opération, actuellement en préparation, fournira 500 milions de dollars pour améliorer la gestion des bassins versants et les systèmes de gestion des terres.
« Les populations africaines subissent déjà les effets néfastes croissants du changement climatique. Cette région est particulièrement exposée aux inondations, aux sécheresses et aux tempêtes destructrices », a déclaré Kristalina Georgieva, Présidente par intérim du Groupe de la Banque Mondiale.

« Nous devons faire plus et plus vite, sinon des milions de personnes pourraient sombrer dans la pauvreté. C’est pourquoi la Banque Mondiale fournit plus d’argent pour renforcer la résilience et aider les communautés à faire face aux effets du changement climatique en Afrique. »

La Banque Mondiale - en tant qu’administrateur du fonds fiduciaire de l’Initiative carbone pour le développement (Ci-Dev) - et la Kenya Tea Development Agency (KTDA Power) ont signé un accord d’achat visant à réduire les émissions (ERPA).

Le contrat stipule l’achat des crédits carbone auprès de petites centrales hydroélectriques, fournissant de l’électricité à 350 000 petits producteurs de thé et à 39 de leurs usines de thé régionales au Kenya. Le nouvel ERPA porte le portefeuille Ci-Dev à plus de 73 milions de dollars pour la mise en application.

La SFI a consenti un prêt à la KTDA et les revenus carbone de Ci-Dev ont contribué à augmenter le ratio de couverture du service de la dette du projet et à améliorer sa viabilité financière. KTDA est un partenaire de longue date du secteur privé de la SFI.
New Times, 15 mars 2019


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité