Urgent

Le Rwanda et l’Uganda : deux méthodologies dans la quête de la culture de la démocratie

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 3 août 2019 à 04:52

un cas d’étude sur les profils des hommes politiques de l’opposition rwandaise et ugandaise, Dr Frank Habineza du parti des Verts rwandais et député au Parlement rwandais, Democratic Green Party, et de l’artiste Robert Kyagulanyi alias Boby Wine de People’s Power siégeant au Gouvernement ugandais.

Le premier, le Député des Verts rwandais demande que les textes fondateurs de la coalition au pouvoir au Rwanda soient suivis à la lettre et que son parti victorieux aux récentes législatives de l’an 2018 avvec rien que deux ièges se voit octroyer un poste ministériel. L’Ugandais Boby Wine n’en a cure. Pour lui, en si peu de temps, il a gagné une certaine popularité au point qu’il pense entrer avec grand succès dans la danse électorale pour la prochaine présidentielle ugandaise de 2021.

Et c’est ici que la démocratie ugandaise semble bien partie quoique des hics ne manquent pas. Là, l’opposition politique sait lutter sans sectarismes d’elle même pour avoir une certaine notoriété publique. Là les partis officiellement agréés ont compris et souscrit au gentlemen’s agreement qui définit une ligne de cohabitation en toute discipline et diplomatie inter-partis à ne pas dépasser.

Là encore une fois, les partis ont des bases financières solides leur permettant de répondre avec satisfaction aux campagnes de sensibilisation et de propagande et même aux rendez-vous électoraux. On a vu les DP/Democratic Partu ou autres UPC/Uganda People’s Congress entretenir de très gros immeubles commerciaux à Kampala. Les recettes leur permettent l’atteinte de beaucoup de leurs objectifs.

Au Rwanda, seul le FPR avec sa ferme discipline de parti, peut entretenir ce genre d’activité lucrative. Les autres, comme ce DGPR du Dr Frank Habineza, sont à revendiquer le fait que l’on amende un article de la Constitution interdisant le financement extérieur des Partis Politiques rwandais. Pas uniquement Rwandais !!! Toutes les législations des pays de la planète sont loin d’accepter une telle interférence de l’étranger dans leurs arènes politiques.

Bref, le mode d’opération des partis politiques rwandais devrait être revu à l’amélioration dans les quartiers généraux de ces derniers. Il ne se conçoit pas comment à la veille d’une séance de travail du Forum de Concertation des Partis Politiques Agréés au Rwanda,le NFPO, les bureaux politiques des Partis membres dudit Forum ne s’asseoient et rédigent leurs Mémorandums sur les questions à discuter au cours de la séance et se comprennent par consensus sur le point de vue de l’un ou de l’autre.

Pourquoi ?

Parce qu’outre le FPR, parti moteur du gouvernement rwandais actuel qui sait comment gérer tous les couloirs idéologiques délaissés par ses concurrents , d’autres partis politiques sociétaires du NFPO assument mal dans les faits de tous les jours leurs lignes idéologiques.
Faut-il souligner que la lutte politique à la rwandaise revient à courir uniquement derrière les postes politiques sans nécessairement brandir les idéaux de leurs partis.

Sinon pourquoi Frank Habineza exige-t-il, au moins il a le courage de parler très haut, que le parti vainqueur des élections législatives occupe pas plus de 50% des sièges auLégislatif et à l’Exécutif, que par conséquent, un poste ministériel aurait dû être concédé à son parti qui a gagné deux sièges sur les 53 que compte la Chambre des députés ?
C’est bel et bien une façon de dire que l’éducation des masses populaires à la vraie culture de la démocratie n,est pas la première préoccupation de nos politiciens.

Cet abandon de mission est préjudiciable à la masse populaire des Rwandais qui voudraient voir dans les partis politiques des institutions sociales qui pensent différemment mais positivement l,avenir et l,évolution matérielle et culturelle de la société rwandaise.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité