00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Le Rwanda confirme la visite du président Kagame à Paris, certains milieux politiques et militaires français s’agitent

Redigé par
Le 18 août 2011 à 10:20

Le président rwandais Paul Kagame effectuera une visite officielle en France les 12 et 13 septembre, la première depuis le génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda, qui a fait plus d’un million de morts, a annoncé mercredi le gouvernement rwandais dans un communiqué.
« Le président Kagame fera une visite officielle en France les 12 et 13 septembre 2011 à l’invitation du président Nicolas Sarkozy », selon le communiqué parvenu à plusieurs medias dont Igihe.com. Le chef de l’Etat français s’était rendu au (...)

Le président rwandais Paul Kagame effectuera une visite officielle en France les 12 et 13 septembre, la première depuis le génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda, qui a fait plus d’un million de morts, a annoncé mercredi le gouvernement rwandais dans un communiqué.

« Le président Kagame fera une visite officielle en France les 12 et 13 septembre 2011 à l’invitation du président Nicolas Sarkozy », selon le communiqué parvenu à plusieurs medias dont Igihe.com. Le chef de l’Etat français s’était rendu au Rwanda en février 2010.

Selon l’association France-Turquoise, formée d’anciens militaires français de l’opération Turquoise présents au Rwanda en 1994 en plein génocide, l’accueil du président Kagame par Nicolas Sarkozy revient pour la France à « brader l’honneur de ses soldats [français] et à couvrir un tissu de mensonges ». Les militaires français sont accusés par certains rescapés du génocide d’avoir prêté main forte aux miliciens Interahamwe, en grande partie responsables de l’holocauste rwandais. 

Ces militaires qui dénoncent la visite de Kagame à Paris sont soutenus par certains hommes politiques français que le Rwanda accuse d’avoir joué un rôle dans le génocide des Tutsi de par leurs actions ou omissions. Le plus en vue de ces politiciens est Allain Juppé, actuel ministre français des affaires étrangères qui occupait le même poste en 1994.

Son prédécesseur, Bernard Kouchner, représente quant à lui, une autre partie de la classe politique française qui estime indispensable d’exercer un droit d’inventaire sur la période qui divise encore les deux pays.

Photo : Les présidents Nicolas Sarkozy et Paul Kagame


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité