Urgent

Le président Paul Kagame en exercice de l’UA propose une médiation dans le contentieux électoral de la RDC

Redigé par IGIHE
Le 16 janvier 2019 à 01:16

Le Président Paul Kagame dont le mandat à la tête de l’Union Africaine tire à sa fin en ce mois de janvier a proposé ses bons offices dans le contentieux électoral présidentiel de la RDC de ce 30 décembre dernier.

Il a invité pour demain à Addis Abbeba, le 17 janvier, la rencontre de 16 chefs d’Etats et de Gouvernements africains pour se pencher sur la question des élections présidentielle, parlementaire et provinciale contestées et par la classe politique et par le peuple congolais.

Il est rapporté que cette rencontre sera précédée par celle de la SADC/Southern Africa Development Community où le Président Paul Kagame est aussi invité. Elle aussi sera consacrée à cette question.

La contestation de l’élection présidentielle concerne M. Félix Tshisekedi de la coalition CASH déclaré par la CENI comme vainqueur avec 38.8% des Voix. La coalition LAMUKA de M. Martin Fayulu conteste ces résultats aidée par l’omniprésente église catholique congoalise avec ses 40.000 observateurs qui chiffre la victoire de ce dernier avec 61% des voix.

Dans sa démarche de déposer sa plainte devant la Cour de justice de Kinshasa ce mardi 15 janvier pour irrégularités et tricheries dans le comptage des urnes, le Procureur Général de la République congolaise a donné son opposition. La requête de Fayulu a été mise en délibéré par la Cour qui promet de publier incessamment ses délibérations.
Mais entretemps, un autre candidat présidentiel, Ngoy Ilunga wa Senga Théodore, 0.4% de voix exprimée, lui, sa requête n’a pas été déboutée. Assez volubile, il dénonce une CENI qui annonce pour la première fois des résultats supérieurs au total des voix exprimées lors de cette présidentielle du 30 décembre dernier.
Aussi décide-t-il que "l’élection présidentielle de décembre 2018 a été entachée d’irrégularités", que par conséquent la Cour Constitutionnelle doit les annuler.

Dans ce contexte, les Chefs d’Etat concernés risquent de ne pas ramener la classe politique au pouvoir à la raison et de respecter la vérité des urnes surtout qu’elle le fait de façon délibérée afin d’écarter le vainqueur Fayulu.

La dernière carte que doit jouer le Président Paul Kagame en exercice de l’UA sera-t-elle concluante ?

Peu de chances lui sont offertes tellement les enjeux de cette élection sont nombreux et capitaux pour le camp Kabila qui doit user de moyens malhonnêtes afin de garder le pouvoir avec ses 350 députés nationaux frauduleusement élus.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité