Urgent

Le Ministre arménien des Affaires étrangères appelle à la lutte mondiale contre le négationnisme.

Redigé par Igihe
Le 6 avril 2019 à 12:29

Le Ministre des Affaires Etrangères de l’Arménie, Zohrab Mnatsakanyan, a exhorté les gouvernements et la communauté internationale à défendre la vérité sur le génocide de 1994 contre les Tutsi et à assurer la justice.

Mnatsakanyan a tenu ces propos vendredi 5 avril 2019 à Kigali après avoir rendu une visitede courtoisie à Donatille Mukabalisa, Présidente de la Chambre des Députés.
Le Ministre est au Rwanda pour assister à Kwibuka le 25, début de la période de deuil marquant la 25ème commémoration du génocide.

Sa visite, a-t-il dit, concerne également la manière dont les deux pays peuvent travailler ensemble dans le domaine des droits de l’homme et dans la prévention du génocide et des atrocités de masse, ainsi que de la coopération pour le dévéloppement.

Il a ajouté que la profondeur du génocide était considérable, soulignant qu’il était arrivé aux Arméniens, aux Juifs (Holocauste) et aux Tutsis au Rwanda.
Le génocide contre les Arméniens a été commis entre 1915 et 1923 et a coûté la vie à environ 1,5 million de personnes. L’Holocauste a coûté la vie à environ six milions de personnes, tandis que le génocide de 1994 contre les Tutsis a coûté la vie à plus d’un milion de personnes.

« Je suis venu ici au nom du peuple et du gouvernement arménien pour exprimer notre solidarité avec le Rwanda à l’occasion du 25ème anniversaire du génocide », a-t-il déclaré.

En 1948, les Nations Unies ont adopté la Convention sur la prévention et la répression du crime de génocide, mais le déni persiste toujours, a-t-il déclaré.
« Ce qui est le plus troublant, c’est que nous ne reconnaissons pas la profondeur de ce crime de génocide. Nous ne reconnaissons pas les dommages causés aux générations lorsque la justice est refusée ; le déni de génocide, le déni de justice hante les générations », a observé Mnatsakanyan.

Les Arméniens, a-t-il dit, se voient toujours refuser la reconnaissance de leur génocide et se considèrent comme des victimes, car il y a 100 ans, « nous étions censés être exterminés de la surface de la terre ».

« Mais aujourd’hui, nous sommes un peuple confiant, fier et fort de son identité, de son histoire et de sa civilisation, un État-nation, un pays en dévéloppement et confidant dans l’avenir. C’est la réponse à ce qui devait être une extermination totale de notre peuple ", at-il déclaré.

Le Président Mukabalisa a déclaré que l’Arménie, en tant que pays victime d’un génocide, peut comprendre l’expérience tragique du Rwanda et que les Rwandais comprennent également le génocide commis en Arménie.

« Nous devons nous efforcer de faire en sorte que le génocide ne se reproduise plus jamais, ni dans nos pays ni ailleurs dans le monde », a-t-elle déclaré.
Mnatsakanyan a exhorté le monde à être vigilant dans la prévention du génocide au lieu d’attendre qu’il se produise avant d’agir.

« Nous travaillons avec le Rwanda sur la prévention du génocide au niveau international. De notre expérience, nous savons que l’échec pour résoudre ce problème hantera les générations », a-t-il déclaré.

« L’Arménie et le Rwanda ont un potentiel très énorme de coopération entre les deux pays et leurs peuples. Nous avons des antécédents de tragédie et l’expérience de surmonter et de vaincre l’énorme crime qu’est le génocide », a-t-il observé.

L’Arménie et le Rwanda peuvent s’associer dans de nombreux domaines, citant des innovations, la technologie, une éducation innovante et créative, offrant aux jeunes générations l’occasion de libérer leur potentiel et leurs talents.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité