Urgent

Le Ministère public abandonne son interjection d’appel dans le procès des Rwigara

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 10 janvier 2019 à 02:33

Le Parquet Général de la République retire son interjection d’appel dans le Procès des Rwigara, la mère et la fille politicienne. Le 6 Décembre dernier, celles-ci avaient été déclarées innocentes de toutes les accusations portées contre elles dont l’intention de semer le désordre et l’in,sécurité publics, le ségrégationnisme pour les deux femmes Mukagemanyi Adeline, la mère et Diane Shima Rwigara, la fille, et le faux et l’usage de faux en politique, pour Diane.

"La Cour annonce que les accusations du Ministère Public ne sont pas fondées. Par conséquent, les deux accusées sont déclarées innocentes", avait alors dit solennellement le juge provoquant une hilarité de l’audience venue nombreuse écouter les conclusions de ce jugement qui aura duré plus d’une année et beaucoup de séances tendues.

Le Procureur Général de la République, Jean Bopsco Mutangana, avait alors déclaré qu’il allait faire appel de cette décision.

"Nous avons fait appel de cette décision mais le Ministre de la Justice et Principal Mandataire de l’Etat nous a ordonné d’abandonner le projet. Il en a le pouvoir d’injonction sur nous de par la Constitution", a confié au Newtimes, le Porte-parole du Parquet Général, M. Faustin Nkusi approuvant la décision de son ministre qui trouve qu’"il n’est pas question de gaspiller le temps et les moyens au service de cette cause qui n’en est pas une".

"Nous avons accueilli la décision du Parquet Général avec satisfaction. Du reste c’est une perte de temps car nous n’avons commis aucun crime", a indiqué au micro de la VOA de ce 9 janvier 2018, Diane Rwigara la politicienne qui annonce qu’elle va continuer ses activités politiques.

"Le mobile qui a fait que je commence mon combat politique reste entier. Ce n’est pas le moment de déposer les armes", a-t-elle ajouté faisant allusion à sa préparation pour des rendez-vous électoraux prochains.

Seulement la jeune dame, autant que l’autre politicienne Victoire Ingabire des FDU, devra solliciter une grande expertise des politologues pour lui confectionner une idéologie politique constructive claire et nette et se basant sur des classes sociales déterminées.

Les deux dames ne savent pas comment y aller. Elles veulent procéder comme le FPR, parti désormais de masse qui multiplie des actions de distribution de vaches laitières, de logements décents et de packages mensuels à des citoyens de classes sociales pauvres, tout en, simultanément, s’attirant le patronat rwandais à qui il propose de bonnes et juteuses opportunités de profits dans un environnement d’affaires léonin à leur avantage.

Là, elles échoueront si leur motto de campagne n’est pas autre que la réclame du jeu démocratique à l’occidental. Pourront-elles avoir une idéologie politique s’appuyant sur les revendications silencieuses des classes moyennes dont la réduction des taux d’intérêt bancaires à un chiffre afin qu’elles puissent regagner leur pouvoir d’achat qui s’éffrite au fil des temps avec une dévaluation sensible du Franc rwandais ?


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité