Urgent

Le Mineduc a stoppé la hausse des frais scolaires dans les écoles publiques.

Redigé par IGIHE
Le 11 janvier 2019 à 08:21

Le Ministère de l’Education a déclaré avoir stoppé la hausse des frais scolaires dans les écoles étatiques et paraétatiques pendant qu’il poursuit son investigation sur ce problème.

Le Ministre Dr Eugène Mutimura a présenté à la presse, ce mercredi 9 janvier 2019, son inquiétude due à la hausse des frais scolaires, laquelle risque de ne plus permettre, dans les prochains jours, l’accès aux écoles publiques, des enfants issus des familles pauvres.

Jusqu’à la fin de 2017, on comptait 1567 écoles secondaires dont 461 publiques et 871 subsidiaires, selon les chiffres du Mineduc. Le Ministre Mutimura a dit que cette hausse désordonnée est contraire à la politique de l’Etat, celle de l’éducation pour tous. Il a dit qu’ils viennent d’écrire au Ministère de l’Administration Locale pour que les Districts suivent de près ces écoles afin qu’elles ne répètent plus cette pratique.

Il a ajouté qu’un établissement désireux de hausser les frais scolaires devra informer le District qui contrôlera à son tour l’usage de l’argent de l’année écoulée et décider ensuite sur l’opportunité de la hausse. Cette résolution vient quelques jours après les lamentations à propos des lettres qui circulaient sur les réseaux sociaux faisant état d’une hausse vertigineuse des frais scolaires que des écoles ont demandé d’apporter au début du 1er trimestre 2019.

Le Ministre a averti qu’une école qui outrepassera cette interdiction en répondra. Le Secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement primaire et secondaire, Dr Munyakazi Isaac, a dit qu’il est étonnant que les écoles publiques haussent les frais scolaires alors qu’elles reçoivent de l’Etat tout le nécessaire.

“L’Etat a mis tout ce qu’il faut pour que l’enfant puisse étudier. Nous avons contruit les classes, installé les pupitres, acheté des livres, payé les enseignants. Malgré cela tel enfant est privé de son droit d’étudier alors que nous avons mis à sa disposition tout ce dont il a besoin”, a-t-il confié.

Le Ministère a demandé aux parents et à leurs comités de faire leur devoir et d’informer sur toute hausse des frais scolaires faite à leur insu. Un des parents ayant un enfant au Groupe Scolaire de Butare a dit à IGIHE que les parents rencontrent souvent des problèmes concernant les demandes d’argent injustifié.

“Il nous est demandé chaque trimestre 2000frw pour l’achat du matériel de table, une fourchette et une assiette. On se demande si l’usage de ce matériel expire chaque trimestre”, a-t-il témoigné.

Il a ajouté que chaque année, depuis 2016, il était demandé à chaque élève une contribution pour l’achat d’un véhicule. Ils ont donné chacun 30000frw la1ère année, 18000frw l’année suivante, 12000frw les deux derniers trimestres.

Il y en a qui ont reçu une lettre du Lycée de Kigali demandant 12000frw pour la construction de la clôture et qui se demandent à leur tour quand sera achevée cette construction dont l’école a demandé une somme de 12000frw depuis 12 ans.

La hausse des frais scolaires a des retombées sur les parents et les élèves. Celui qui n’a pas pu trouver cet argent est privé de la fréquentation en classe et des examens, du repas, etc. Certains abandonment l’école définitivement à cause du manque de moyen financier.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité