Urgent

Le Maroc, carrefour des étudiants africains pour le développement de l’afrique : Entretien avec Methqal, DG de AMCI

Redigé par Rabbi Malo Umucunguzi
Le 30 décembre 2019 à 09:36

Le Maroc a construit assez des infrastructures éducationnelles au point qu’il est devenu une référence africaine en matière de qualité de l’enseignement. Beaucoup d’étudiants africains poursuivant diverses carrières professionnelles convergent vers les universités marocaines. Entretien avec Ambassadeur Mohamed Methqal, DG de l’AMCI/Agence Marocaine de Coopération Internationale.

De notre envoyé spécial à Rabat, Malo Rabbi Umucunguzi

Les responsables universitaires marocains affirment que leurs lauréats de retour chez eux deviennent des entrepreneurs sérieux qui créent beaucoup d’emplois pour les jeunesses de leurs pays.

Le Directeur Général de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI), Amb Mohamed Methqal, est conscient de cette énorme tâche abattu par le Gouvernement chérifien en cette matière avec son impact sur la réduction en Afrique subsahélienne du chômage et de la consommation de substances psychotropes, sur l’éradication progressive du terrorisme et de l’exode de jeunes africains vers l’Occident industriel.

Methqal tient à rappeler que l’agence qu’il dirige est fondée en 1986 sur instruction du roi Hassan II et dynamisé par son fils héritier Mohammed VI avec mission d’activer les relations de coopération avec les pays africains.

"Dès la création d’AMCI, nous avons renforcé sa capacité pour être à même de répondre au développement des citoyens africains durant ces 20 dernières années avec beaucoup d’insistance du guide visionnaire Mohammed VI", a dit Methqal qui confie que pour ce fait, le Roi Mohammed VI a effectué plus de 50 visites de travail dans plus de 30 pays africains au cours de ces 20 dernières années avec à la clé la signature de différents projets de coopération du Maroc avec les pays du continent.

Coopération rwando-marocaine : l’envol
Pour rappel, concernant la coopération Rwando marocaine, le Roi Mohamed VI a effectué en octobre 2016 une visite de travail de cinq jours au Rwanda à la tête d’une forte délégation d’officiels et hommes d’affaires marocains. Dix neuf accords de coopération agricole, culturelle, financière, de santé et développement de la femme et de la jeunesse ont été signés y compris une circulation sans visa de diplomates des deux pays.

Particulièrement, la Fondation Royale Marocaine de Développement Durable a signé avec la Fondation Imbuto de la Première Dame du Rwanda des accords de coopération en matière de la santé, de l’éducation, de l’économie et du développement de la femme et de la jeunesse rwandaises.

En mars de l’année qui a suivi (2017), une délégation rwandaise à Rabat conduite par l’Amb. Richard Sezibera, l’alors ministre rwandais de la Coopération Internationale et Affaires Etrangères a signé douze accords de coopération entre les deux pays.
"La coopération rwando-marocaine est particularisée par la volonté politique de deux Chefs d’Etats marocain et Rwandais, le Roi Mohamed VI et Paul Kagame. Ils ont une vision similaire du style de leadership de leurs pays respectifs en matière de sécurité, de propreté des villes et de promotion des investissements.

Depuis l’échange d’ambassadeurs entre les deux pays, il y a trois ans, beaucoup d’accords de coopération ont été graduellement signés. On constate beaucoup de voyages des officiels et investisseurs entre les deux pays", a dit Methqal.

"Avec le colloque international organisé récemment au Rwanda sur l’agriculture, le Maroc a été intéressé par cette opportunité de voir le Rwanda jouer un rôle de porte d’entrée des Entreprises agricoles marocaines en Afrique de l’Est et australe. Mêmement, le Maroc pourrait faciliter l’introduction des produits rwandais en Europe méridionale", a ajouté Methqal montrant que les deux pays cultivent une riche et mutuellement bénéfique coopération sud-sud.

Des bourses d’étude chérifiennes aux jeunes africains et autres
Des statistiques disponibles montrent que le Maroc a déjà offert des bourses d’études pour 14.000 étudiants étrangers originaires de 111 pays du monde. 12.000 parmi eux viennent de 47 pays africains. Ils viennent poursuivre des études d’ingénieurs et autres sciences exactes au service de leurs pays respectifs. Au nombre de ces étudiants, le Rwanda en compte 61.

Methqal est fier de la contribution du Maroc en matière d’avancées technologiques et scientifiques du Continent africain. "Par ces infrastructures éducationnelles offerts aux Africains, nous entendons voir que ces derniers soient à même de se prendre en charge pour faire face et arrêter des solutions locales à leurs défis", a dit Methqal montrant qu’il y a trente ans, le Maroc faisait face au déficit énergétique qu’il a depuis lors réglé pour constater qu’aujourd’hui, 99% des Marocains voient leurs habitations raccordées à l’électricité y compris éolienne et photovoltaique.
Le DG est fier de partager cette expérience marocaine en matière de développement de l’énergie solaire et éolienne avec les pays frères africains. Pour ce faire, il parle de la première centrale d’énergie solaire en Afrique Noor et autres centrales éoliennes.

"Nous sommes partis de rien et sommes arrivés au fait que l’énergie électrique que nous produisons est l’une des moins cher au monde et en Afrique. Nous sommes fiers du chemin parcouru pour y arriver", a dit Methqal montrant que le Maroc revenu en force sur la scène politique africaine après beaucoup d’année de son retrait unilatéral à cause de son contentieux sur la République Saharaoui, adhère avec une énergie soudaine à tous les grands projets de l’Union Africaine y compris l’AfCTA (Zone de Libre Echange Continental Africaine) .
Traduit du Kinyarwanda et adapté en français par Jovin Ndayishimiye


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité