Urgent

Le journaliste Irené arrêté par RIB puis libéré par le Parquet de la République

Redigé par IGIHE
Le 19 septembre 2019 à 12:40

Ce mardi 17 septembre 2019, RIB a arrêté le journaliste Irené Mulindahabi pour des obscénités publiées sur le Youtube. Déféré devant le Parquet de la République, celui-ci a décidé de l’inopportunité de le maintenir en prison, préférant le libérer provisoirement ce mercredi 18 septembre, en attendant la constitution de son dossier judiciaire.

Le Parquet Général de la République aura-t-il trouvé un grain dans l’arrestation de ce journaliste au point de le relâcher immédiatement ?

"Les poursuites à l’encontre de ce journaliste ne sont pas de caractère journalistique. Il est poursuivi comme un citoyen rwandais ayant commis une infraction", a confié au journal Umuseke, le Procureur Général Jean Bosco Mutangana montrant des différences d’appréciation de la dite infraction du journaliste entre le Parquet et le RIB.

Avec cette décision rapide, il est évité les feux des ONGs internationales friandes de passer le Rwanda au rang de pays réprimant les journalistes dans l’exercice de leur fonction. Mais c’est aussi une heureuse nouvelle dans le sens où il existe des passerelles de collaboration entre les instances publiques tout en faisant que chaque instance garde une indépendance dans sa capacité de manoeuvre.

Ce journaliste a animé des émissions sportives et de célébrités sur la TV locale Isango Star.

RIB tient à réprimer ce crime de publication en ligne de propos obscènes

Certains confrères avancent que dans la répression de ce cybercrime, Irené ne doit pas être le premier à en être puni surtout que bien d’autres avant lui ont fait de telles publications. Cependant l’autorité publique habilitée doit prendre ses responsabilités. Il vaut mieux tard que jamais.

Par contre, il faut se poser la question de savoir si, face à ce crime, l’arrestation devrait être la première démarche à faire ou s’il ne faut pas convoquer différents intervenant dans le secteur pour en discuter et mettre en garde les praticiens des médias et leur montrer les multiples conséquences néfastes de leurs publications.

Des observateurs locaux interrogés trouvent que l’idée de sanctionner une telle infraction est bonne mais que la démarche pédagogique dudit sanctionnement est faussée par RIB.

D’après eux, quoique cela rentre dans ses prérogatives, RIB doit suggérer une rencontre de concertation sur la question avec l’Organe de renforcement de capacité des Média, le MHC, l’organe d’autorégulation des medias, RMC, la RURA gérant les services d’utilité publique, l’ARJ/Association des Journalistes et bien d’autres organes intéressés pour comprendre ensemble et arrêter les conclusions pour endiguer ce fléau.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité