Urgent

Le Gouvernement et ses Partenaires au développement élaborent de nouveaux plans 2035 et 2050

Redigé par IGIHE
Le 29 février 2020 à 02:42

Alors que le Rwanda se lance dans le nouveau programme de développement, Vision 2050, qui vise à transformer le pays en une économie à revenu intermediaire d’ici 2050, le Gouvernement et ses Partenaires au développement estiment qu’il est nécessaire de renforcer les partenariats pour réaliser cette vision.

Telle a été la conclusion arretee au cours de la retraite annuelle dans le District de Rubavu, ce jeudi 27 février 2020, retraite qui réunissait des Responsables gouvernementaux et des Partenaires au Développement du Rwanda.

Le Ministre rwandais des Finances et de la Planification Economique, Uzziel Ndagijimana, a indique aux delegues de différentes organisations de développement que cette réunion se tient au moment ou le Rwanda evalue le bilan de sa strategie de developpement dite Vision 2020 et qu’il amorce une autre Vision 2050.

"Cette retraite se produit au moment ou la Stratégie nationale de transformation (NST 1) est bien engagée en termes de son execution", a-t-il déclaré.

Le NST1 fonctionnera jusqu’en 2024 et le Gouvernement vise à transformer particulierement le secteur de l’éducation, de la santé, de l’agriculture et des infrastructures.

L’objectif est d’aller au-delà de la satisfaction des besoins de base pour assurer un niveau de vie plus élevé à tous les Rwandais grâce à une éducation et des soins de santé abordables pour tous , des logements et autres infrastructures modernes, d’une sécurité sociale et d’un systeme de sécurité adéquat mas aussi et surtout d’un pouvoir d’achat permettant au citoyen de vivre decemment et tranquillement.

Le pays souhaite également développer des emplois et des secteurs à forte valeur ajoutée, a-t-il ajoute.

Participant a la retraire, Stephen Rodrigues, Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), trouve que le souhait du Rwanda de devenir un pays à revenu intermédiaire d’ici 2035 et à revenu élevé d’ici 2050 nécessite des investissements élevés.

Il a ajouté que cela nécessitera une augmentation d’ investissements intérieurs et une recherche de financement mixte.

Rodrigues a indiqué que les discussions porteront également sur la création d’emplois plus décents, soulignant que cela se fera si la croissance des économies mondiales ne baissera pas plus rapidement que prévu.

L’investissement dans le capital humain est un autre problème critique qui devra aussi attirer l’attention des partenaires au développement et des responsables qui se réunissent sur les rives du lac Kivu à l’hôtel Serena.

Bilan de la Vision 2020

Selon le Ministère des Finances, au cours des deux dernières décennies, le Rwanda a enregistré une croissance moyenne d’environ 8% par an, ce qui, selon le Ministre, est louable.
"Cependant, rappelons-nous que la croissance du PIB [produit intérieur brut] nécessaire pour réaliser la Vision 2050 est bien supérieure à cette moyenne de 8%", a-t-il déclaré.

L’année dernière, le Rwanda a enregistré une croissance élevée continue de son PIB. Le premier trimestre a enregistré un taux de croissance de 8,4%, de 12,2% au second et de 11,9% au troisième, soit une moyenne de 10,9% pour les trois premiers trimestres de 2019.

« L’une des questions que nous posent les Rwandais est de savoir comment garantir la regularite de cette croissance élevée au cours des trois prochaines décennies. Cela exigera une transformation à la fois économique et sociétale, leur répondons-nous », a déclaré Ndagijimana.

Lors de la retraite de l’an dernier, les participants ont recommandé aux pouvoirs publics d’arreter des strategies adequates de reduction des risques pour une agriculture prospere rwandaise , entre autres.

A ce propos, la Banque Mondiale prévoit un appui 350 milions de dollars dans cette bataille economique.

Le développement du capital humain, le soutien à l’urbanisation et le développement du secteur privé sont d’autres résolutions qui avaient ete arrêtées l’année dernière.

Des Partenaires au Developpement comme le Département du Développement International (DFID) soutiennent déjà le Gouvernement dans ces domaines.
Les propos du Ministre permettent de monter à bord du Train 2050 avec optimisme.

Avec Newtimes


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité