Urgent

Le Gen. James Kabarebe décidé d’en finir avec les mouvements politico- armés

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 7 mai 2019 à 04:47

Le 30 avril dernier, le Gén. James Kabarebe, ancien ministre rwandais de la Défense et actuel Conseiller personnel du Président de la République pour les affaires de sécurité, a fait le déplacement de Rubavu en Province de l’Ouest, dans ce qui se surnommait La Commune Rouge aux temps forts du Génocide des Tutsi de 1994. Il s’est joint aux rescapés de cette Commune Rouge pour la mémoire des leurs qui y ont été génocidés.

L’allocution de circonstance de ce super ministre a pris des allures de va-t-en-guerre contre des groupes politiques rwandais qui s’adonnent à des tueries de paisibles civils qui vaquent à leurs occupations quotidiennes dans le seul but de semer des troubles et insécurité au pays des Mille Collines qui ne se remet pas encore du sanglant 1994 et de la faillite totale et éclatement de la société rwandaise.

Alliance criminelle RNC-FDLR

Il a nommément cité l’alliance du mal des FDLR/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda et de RNC/Rwanda National Congress de l’ex-Gé. Kayumba Nyamwasa. Sont-ce deux camps, le gouvernemental rwandais et l’alliance du mal qui sont condamnés à la confrontation ouverte sans que ce dernier sache que le terrain de jeu n’est pas du tout les tueries mais plutôt le verbe qui est la véritable arme du politicien ?

Le général lui non plus ne décolère pas. L’occasion fait le larron. Devant les crimes de ces deux mouvements qui ont, aux dernières nouvelles ouvert des camps d’entraînement sur les contre forts montagneux du Sud Kivu, sur les hauts plateaux de l’Itombwe, avec leurs incursions de pillage à la lisière de la Réserve Naturelle de Nyungwe au Sud du pays pour se replier au Burundi voisin, le général trouve que « cette coalition des forces du mal (rassemblés au sein des P5) qui entendent troubler la sécurité du pays est une bonne occasion pour les RDF de méthodiquement les éradiquer ».

« Personne ne peut (plus) faire la propagande du divisionnisme et en faire une arme politique et penser qu’il peut gagner le pouvoir. Non ! Impossible. Les esprits positifs de la société devront toujours vaincre ces forces du mal », a dit le Général Kabarebe rappelant la triste réalité actuelle aux personnes endeuillées venues payer la mémoire des leurs :

« Quand on analyse de près les groupes politico armés de Rwandais qui tentent de se reconstituer, on est obligé de réfléchir sur leurs identité idéologique et leur mobile. A part ceux qui sont confus et portent le poids de ce crime qu’ils ont commis pour ne pas avoir prévenu ce mal ou secouru les Tutsi qui étaient pourchassés comme du gibier à abattre, il y a ceux qui fulminent de ne pas avoir tué suffisamment et, ainsi parfaire le génocide. Ces derniers profiteraient d’une occasion leur offerte pour cette fois-ci faire la solution finale », a dit le Général avec une intention tout affichée de rappeler aux survivants et aux autres personnes éprises de paix et décidées de vivre contre vents et marées de rester sur leur garde.

Instinct de sécurité
Peut-on dire que ce régime fait vraiment du commerce du génocide au moment les forces génocidaires encerclent le Rwanda écartelé en 1994. Ne sont-elles pas à son flanc sud (Burundi) et Ouest (Les deux Kivu de la RDC) ?

Le Général a sa perception particulière de la situation

« Les mouvements politico armés rwandais évoluant dans l’Est de la RDC, FDLR, CNRD, RUD-Urunana/Rassemblement pour l’Unité et la Démocratie ou RNC, leur existence est un signal adressé aux citoyens rwandais leur disant que des forces résiduelles du mal, génocidaires rwandaises tentent de se reconstituer et d’être nocives », a dit le Général trouvant que ces groupes jouent malgré eux comme un garde-fou et le sentiment d’un danger public de la cohésion sociale des Rwandais.
“Là dans les forêts que vous écumez le ventre creux, sans avenir, vous vous ségréguez. C’est en fait votre programme politique divisionniste », vitupère le Général avant de montrer que le P5 est un creuset de criminels de divers acabit, qu’il n’y a pas que des génocidaires mais aussi des pilleurs. Là, il va tourner ses salves contre l’autre général Kayumba Nyamwasa et son RNC coalisé au sein des P5, le traitant de pilleur…

« Un Kayumba pilleur tôt en 1994 au sortir du génocide des Tutsi encore frais, lui qui a accumulé des richesses pillées, pensez-vous que c’est bien lui qui apportera du sang chaud dans le projet criminel des Interahamwe et autres génocidaires ? Rassembler les assoiffés de sang et les voleurs, c’est kif kif. Rien de bon ne peut venir d’eux… ».

Kabarebe n’a pas eu des mots assez forts pour vilipender cette coalition de P5. Il a fait un vœu de voir apparaître bientôt des dissensions dans leur sein et entredéchirement. Une chose est certaine pour le Général, « ils finiront dans les brousses congolaises car ils ne pourront destabiliser le Rwanda ».

Quelle assurance !!!

Kabarebe dans son allocution a trouvé que le fait ces mouvements du mal se coalisent en P5, c’est une occasion rêvée de bien faire une contre stratégie pour éradiquer le mal. Pour preuve ? Il a dit combien le retour forcé et massif des Rwandais qui avaient fuient sur les bords du Kivu au Congo a été salutaire pour l’APR qui savait bien que parmi les retournés il y avait nombreux d’entre eux qui avaient des armes.
« La guerre des infiltrés nous l’avions prévue avec ce retour massif sans contrôle aucun », a confié le Général.

Le general a de façon allusive donné un message à ces groupes mus par l’idéologie ethnocentriste, les invitant a se faire violence pour la dépasser car,
« Cela fait 30 ans, jour pour jour depuis 1990, date du déclenchement de la guerre de libération du FPR, les idéologies génocidaires portées par le régime d’alors... tant que tu ségrégues tes citoyens, quand tu lutte pour éliminer un groupe social, plusieurs forces sociales se lèvent pour te combattre. Et elles y arrivent », a dit le Ministre Kabarebe avec une philosophe pratique et réaliste.

Pis encore, « Toi-même qui poursuit la mise en exécution de ton projet génocidaire, tu es contrarié en toi-même entre faire du mal ou du bien. Tes forces sont donc partagées. Il y a une lutte en toi-même ». Hum ! Sensé n’est-ce pas.

Une chose étonne pour les ambitieux politiques rwandais qui ne savent pas que le jeu politique est censé se jouer sur le terrain du verbe et non avec des armes tonnant.
Ils savent pourtant que les tenants du pouvoir actuel rwandais son actifs sur un chemin de rééducation culturelle et de diversification de la productivité des Rwandais qui, tous, actifs qu’ils sont, sont susceptibles de se professionnaliser dans l’une ou l’autre carrières porteuses et créatrices de richesses mais aussi de réorientation philosophique de leur univers mental.

Dommage que la société civile rwandaise ne joue pas du tout son rôle d’accompagnement des pouvoirs publics dans cet énorme chantier de réorientation socio mentale des Rwandais. N’est-ce pas la seule facon de faire de la politique avec des citoyens qui comprennent quels interets materiels de classe qu’ils defendent.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité