Urgent

Le Directeur de la RSSB demande le droit de recrutement du personnel.

Redigé par
Le 20 janvier 2019 à 10:10

Lors de leur entretien avec les Sénateurs-Commission du Dévéloppement économique suite au Rapport de l’Auditeur Général de l’Etat, la Direction de la RSSB a dit que ça a été dû à l’incompétence de certains agents et a demandé l’autorisation de recruter lui-même des agents capables.

“La RSSB a un énorme fonds qui ne peut être géré par n’importe qui. Accordez-nous l’autorisation de recruter nous-mêmes des gens d’une haute compétence, capables de gérer cet argent, le problème sera résolu”, a proposé Turahirwa Ephraim, Président du Conseil d’Administration.

Le Directeur de la RSSB, Richard Tushabe, a dit aux Sénateurs qu’une juste valeur n’a pas été reconnue à la RSSB alors que c’est une institution qui touche sur la vie de tout Rwandais.

“Les responsabilités de la RSSB sont utiles car elles touchent la vie du citoyen, présent et même celui à naître. Si notre Institution a tant de problèmes, c’est parce qu’il ne lui est pas reconnue sa juste valeur, à la base de ce qu’elle fait. Accordez-nous le temps de trouver un personnel compétent, et vous verrez si les problèmes ne seront pas résolus”, a-t-il dit.

Il a promis qu’ils reviendront devant les Sénateurs leur présentant des projets générateurs d’intérêt pour les membres, et ce à partir de leur propre argent. Il a enfin révélé que le disfonctionnement qui se constate au sein de la RSSB peut ouvrir des voies à quiconque voudrait voler, car ils travaillent d’une manière chaotique.

Les livres des comptes sont désordonnés, ce qui contribue au mauvais rapport établi par l’Auditeur Général, la RSSB ne pouvant lui montrer l’épargne des membres.

Obadiah Biraro, Auditeur Général de l’Etat, a dit que personne n’a refusé à la RSSB le droit de recruter un personnel compétent et estime lui-même que ce serait une solution durable à ce problème de gestion du trésor public, mais que toutefois cette autonomie doit précéder la prestation d’un service bien fait.

“Pourquoi n’avez-vous pas de personnel capable ? Qui vous a refusé le droit de recrutement ? Diriez-vous que c’est le Mifotra qui vous l’a interdit ? Pourquoi n’avons-nous pas une structure gestionnaire standardisé”, a-t-il demandé.

Biraro a dit que souvent le concept de liberté est mal interprêté. “L’octroi de liberté vous conduit au libertinage”, a- t-il déploré.

Umuseke.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité