Urgent

Le colloque interafricain sur le Code minier (AMLA) clôture ses travaux

Redigé par IGIHE
Le 19 décembre 2018 à 12:00

Le Colloque interafricain du le code minier africain qui se tenait à Kigali ; l’African Mining Legislation Atlas (AMLA) depuis le 9 décembre vient de clore ce 18 décembre ses travaux sur une note d’espoir dans la protection des droits des mineurs en Afrique.

Ce colloque a réuni chercheurs universitaires en droit, géologues et ingénieurs en mine mais aussi beaucoup d’étudiants en droits venus de quelques 23 universités d’Afrique. Ils étaient, en tout, 61 participants.

"Nous remercions l’Université de Kigali (UoK) pour avoir hébérgé les travaux de ce colloque", a dit Stephen Karangizi , DG de ALSF/African Legal Support Facility, une institution logée dans la Banque Africaine de Développement (BAD), principal bailleur de ce colloque.

Il a beaucoup apprécié les différentes communications passées au cours du colloque trouvant qu’elles auront un impact certain dans l’amélioration des conditions de production du secteur minier africain.

"Les participants à ce colloque seront le levain des changements positifs du secteur en veillant à sa nouvelle législation", a dit Philibert Afrika, Président du Conseil d’Administration de l’Université de Kigali.

Des experts en droit des mines, des géologues et autres ingénieurs en mines venus du Rwanda, de l’Afrique du Sud, de la RDC, du Sénégal, du Mali et des autres pays de l’Afrique de l’Ouest, ont discuté sur les défis de ce secteur dont la question de cas d’exploitation illégale des mines.

"Le secteur minier africain est suffisamment réglementé. Cependant, il s’avère que certains explorateurs miniers contourne ce code minier et travaillent dans l’illégalité sans qu’ils aient le permis d’exploitation", a dit prof Idi Gaparayi, doyen de la Faculté de Droit de l’UoK au cours de sa communication intitulée Illegal Mining in Africa.

Pour le Dr. Fidèle Masengo de KIAC/Kigali International Arbitration Centre a parlé de l’importance de son Institut dans le réglement de contentieux pouvant surgir entre partenaires et investisseurs dans le secteur.

Les étudiants en droits venus des universités africaines ont apprécié la qualité des débats menés au cours de ce colloque particulièrement les questions de procédure de la nécessaire obtention de permis d’exploration et d’exploitation des mines et une nécessaire transparence dans la production minière.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité