00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

La Première Dame et sa Unity club se battent pour l’affermissement de la rwandité

Redigé par NDJ
Le 12 octobre 2013 à 11:03

Unit Club Intwararumuri (porte- flambeau) est une organisation réunissant les hauts dirigeants du pays et leurs conjoints. Son objectif tient en une sorte de dialogue pour ramener les valeurs de tolérance. Unity Club veut que “ses membres adoptent des attitudes et comportement dénotant un modèle d’unité de leurs gouvernés, de s’afficher plus rwandais pour que les citoyens dépassent les supposées appartenances Hutu, Tutsi ou Twa. Les membres de la Unity Club devront manifester la culture du débat sur (...)

Unit Club Intwararumuri (porte- flambeau) est une organisation réunissant les hauts dirigeants du pays et leurs conjoints. Son objectif tient en une sorte de dialogue pour ramener les valeurs de tolérance. Unity Club veut que “ses membres adoptent des attitudes et comportement dénotant un modèle d’unité de leurs gouvernés, de s’afficher plus rwandais pour que les citoyens dépassent les supposées appartenances Hutu, Tutsi ou Twa. Les membres de la Unity Club devront manifester la culture du débat sur les entraves à l’unité des Rwandais pour les éradiquer à jamais”, lit-on dans le rapport des travaux de la 3è rencontre de Unity Club tenue en 2009 dans une volonté d’incruster la rwandité dans l’esprit des dirigeants, d’en être les porte-flambeaux dans le chef de leurs dirigés pour éviter à jamais la répétition de la catastrophe humanitaire d’avril-juin 1994 qui s’est abattue sur le Rwanda.

Jeannette Kagame dans son discours inaugural pour la 6ème rencontre Unity Club

Dans son allocution d’ouverture des travaux de la 6ème rencontre de la Unity Club de ce vendredi 11 octobre 2013, la Première Dame Jeannette Kagame et Présidente de Unity Club adresse un salut devant un parterre de dirigeants du pays. Le salut en question est tout un programme de leur organisation : “Soyez unis, C’est le seul levain pour un développement durable de la société rwandaise”.

La première dame concentre son discours sur le changement de comportement réalisé dans le chef des membres de l’Organisation pour ce qui est du niveau d’attitudes actuelles affichant la rwandité. Elle essaie d’en faire une évaluation indéchiffrable.

“Même s’il est difficile d’obtenir des indicateurs de changement de comportement de rwandité dans notre conscience en tant que dirigeants du pays, changement provoqué par des débats comme ceux que nous menons dans notre club, j’ose affirmer qu’il y a une nette différence entre notre niveau actuel et ce que nous étions au moment de la naissance de notre organisation quand nous avons décidé de verser au débat la promotion de la culture de l’unité et de la paix, gage du développement durable”, a-t-elle dit.

The rwandan spirit

Les travaux de cette sixième rencontre des membres de la Unity club sont centrés sur le débat autour des stratégies à prendre pour affirmer le ‘rwandan spirit’ dans la conscience des citoyens rwandais.

Vers la Salle des Travaux dans une atmosphère détendue

On sent un grand souci de la Première Dame et de toute la Unity Club de dépasser spirituellement les barrières ethniques quitte à s’épanouir dans un concept plus unitaire et cohésif, celui de la rwandité.

Cette initiative est très heureuse mais elle peut vite être minée par le manque de créativité et d’initiative permanente de la part des dirigeants de base membres de cette organisation qui devront percevoir et étudier à temps des phénomènes sociaux qui minent cette lutte pour l’unité et la paix des Rwandais.

Dans son discours inaugural, la Première Dame se questionne pour savoir qui a intérêt à ce que les Rwandais soient divisés et les programmes et stratégies à adopter pour le contrer.

“Le souci de la Unity Club entre dans un programme global où il faut un travail en synergie qui allie l’éducation civique et lutte contre le chômage et partant de la pauvreté mais aussi contre la paresse traditionnelle rwandaise dans une économie qui, hier, était à plus de 90% de subsistence”, confie un économiste abordé par IGIHE.

Cet économiste suggère qu’aucours de ces rencontres de la Unity club, les débats devraient focaliser sur la radioscopie des conditions de vie des Rwandais, sur la sensibilisation et l’encadrement de ces derniers pour accroître davantage les possibilités d’une productivité sans cesse grandissante avant de débattre sur les missions, obejectifs et buts spirituels de la Unity Club.

Pour ce socio économiste, le matérialisme s’allie à l’idéalisme, l’un agissant sur l’autre et vice versa. Voici une démarche politique qui devra se baser sur le vécu des Rwandais. Il sera aiser de collecter des indicateurs sociaux qui montreront comment les citoyens perçoivent tel ou tel dirigeant dans ses attitudes face à l’unité des Rwandais tout en les incitant à des méthodes rationnelles optimalisant la productivité dans leurs business agricole, commerciaux, et autres.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité