Urgent

La Coopérative HINGAKAWA de Rushashi (Nord), promeut la femme caféicultivatrice

Redigé par Igihe
Le 13 août 2019 à 12:21

A Rushashi du diStrict de Rulindo (Nord du Pays), une coopérative HINGAKAWA regroupant 764 femmes se spécialise dans la culture du café. Elles sont fières d’en faire une activité primaire qui est leur source de revenus.

"Ici chacune d’entre nous d’entre nous a sa propre parcelle. La coopérative nous aide à accéder aisément au marché d’écoulement de notre production. La même coopérative organise des sessions de formation à notre intention", a confié au Umuseke.rw, Mme Nyirandimubanzi, Présidente de la Coopérative de de fermières du café de haute colline très prisé sur le marché international.

Il est rapporté que ces fermières ne recourent pas aux insecticides à cause de la qualité de leur caféier. Cela accroît davantage la saveur de leur café. Par contre, dit-on, elles mettent dans leurs parcelles de caféier des insectes tels le caméléon qui mangent ces petits insectes nuisibles à leurs plantes.

"Notre coopérative nous sensibilise à l’utilisation d’engrais naturels. Beaucoup de séances sont aussi organisées pour soigner davantage notre hygiène corporelle après le travail des champs surtout dans le cadre de nos rencontres. Des seances d’informations générales nous sont aussi prodiguées pour mieux nous permettre d’être à la page",a dit Nyirandimubanzi qui annonce au journaliste que sa Coopérative a ouvert un atelier de formation de 33 couturières pour accroître et diversifier la capacité des membres de la Coopérative.

Un prix bas au kilo de café-cérise
Ces coopératrices s’en tiennent au prix fixé par NAEB (Office rwandais de cultures d’exportations). Le prix du kilo de cérises rouges du café est cédé à la Coopérative à 200 Frs soit 0.2 dollars.
Pour la femme qui aura passé tout son temps dans sa parcelle, si elle peut écouler 50 Kg par semaine, c’est un salaire de 10.000 frw qu’elle aura perçu.
Et puis, d’après Pascasie Ntahompagaze, 66 ans, employée par la Coopérative, "ce prix est meilleur que les 5 frw qu’on donnait en 1958 au kilo de cérises de café".

Mais cette coopérative ne ségrègue pas. Même les hommes en font partie. C’st le cas de Ferdinand Ntahompagaze qui entretient 300 caféiers depuis 2004 pour récolter bon an mal an pour 200.000 Frw (222 USD).

Le Vice Maire Affaires économiques de district Gakenke est satisfait de voir que le café est une principale source de revenus parmi d’autres du district. "Il est cultivé sur une superficie de 3.850 ha", confie-t-il satisfait à Umuseke.rw. Il ne pense pas à sensibiliser ses gouvernés pour de nouvelles méthodes de plus de production pour qu’ils pèsent de tout leur poids dans le PIB par habitant de 12.000 USD d’ici 2050 autant que le projette le NISR (Institut National de Statistique).

Dans tous les cas ces fermiers tiennent à cette source durable de revenus quoiqu’elle subit des vicissitudes des cours internationaux.
La Coopérative ABAKUNDAKAWA (1619 coopérateurs) que fournit la coopérative HINGAKAWA a construit deux stations de lavage sur les hauteurs de RUSHASHI et de MINAZI avec une capacité de production de 1.200 tonnes par an.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité