Urgent

L’Usine a the Pfunda refuse la signature de contrats a ses 1600 ouvriers

Redigé par Mukwaya Olivier a Rubavu Jovin Ndayishimiye a Kigali
Le 29 février 2020 à 01:33

Beaucoup de travailleurs de cette Usine a the de Pfunda se plaignent du fait que la direction de la societe ne leur preparent pas de contrats a signer depuis plus de dix ans qu’ils y travaillent. Ce sont principalement des femmes de ménage et autres theiculteurs. Ils avouent faire leurs prestations durant depuis plus de 10 ans sans contrat de travail.

De notre correspondant Olivier Mukwaya a Rubavu

Contactee pour avis, la direction de l’usine Pfunda confirme les faits. Elle craint que l’engagement ferme de ces ouvriers pourrait lui coûter une fortune. Elle indique que neanmoins les frais de leur assurance leur seront versés.

Un ouvrier interroge et qui a requis l’anonymat a confie qu’il fait un long temps qu’il a demande un contrat de travail a la direction de l’usine mais il lui a ete dit d’attendre.

Son camarade de travail a lui aussi confirme ses dires mais en plus il a indique que cette absence de contrat de travail s’accompagne par le fait que les ouvriers de l’usines ne percoivent pas de salaire regulier.
"Il nous est difficile de savoir que nous serons payes le meme salaire que nous avons percu le mois passe", a dit cet ouvrier montrant que lui et ses camarades subissent l’arbitraire de la Direction de l’Usine.

Ces ouvriers et autres employes de l’Usines percoivent parfaitement les consequences du fait que l’usine leur refuse des contrats de travail. "Pas de promotion, pas de versement de primes d’assurance maladie. Et puis, quelle banque commerciale peut te preter son argent sans garantie d’etre remboursee ? Mais c’est aussi le fait que nus travaillons comme des journaliers...", a confie a IGIHE cet ouvrier sous le sceau de l’anonymat de peur de perdre son petit job.

Le directeur de l’usine de thé de Pfunda, SURENDER Jhijaria, a démenti ces allégations, avancant que chaque employé a droit à une assurance médicale.

‘’Chaque employé contractuel gagne 20 000 frw pour pouvoir obtenir une assurance maladie en plus du salaire même s’il a un accident, c’est l’usine qui le soigne jusqu’à ce qu’il guérisse’’, a-t-il confie.

A la question de contrat de travail que l’usine doit signer avec son employe, ce directeur fait peut de cas des droits de l’ouvrier.

‘’ Habituellement, nous ne signons aucun contrat avec les ouvriers de l’usine. Aucune usine au Rwanda ne le fait parce que cela nous mettrait en faillite’’, a-t-il ose dire.

Patrick KANANGA, chef du Département Administration au ministère de la Fonction publique et du Travail, a déclaré que cette question va etre attentivement examinee. Une recente revision du Code du travail stipule qu’ un employé en poste depuis plus de trois mois doit recevoir un contrat de travail.

Cette situation d’injustice peut a terme ternir l’image du Rwanda aux yeux de la Communaute internationale, specialement au BIT/OIT Bureau Internationale du Travail /Organisation Internationale du Travail s’il s’avere que les inspecteurs nationaux du travail ne font pas leur travail d’alerte qu’il faut dans toutes les societes commerciales et autres industries implantees dans le pays qui utilisent des agents sans qu’elles daignent preparer et signer avec eux des contrats de travail.

"Un contrat de travail securise un employe ou un ouvrier. Il apprend a envisager l’avenir avec une sorte de serenite. Malheureusement certaines maisons commerciales signent avec leurs agents des contrats de courte duree, un an renouvelable. Un tel contrat est aussi source de stress de leurs agents qui ont peur de se voir radier de leur travail a la fin de leur courte periode. De telles pratiques ne sont pas positives pour l’economie du pays. L’Agent en question sans contrat ou avec un contrat de tres courte periode ne sait pas etre solvable devant les banquiers pour qu’il contracte un credit lui permettant d’entreprendre la construction d’infrastructures familiales necessaires", a dit un sociologue du travail local qui est conscient que beaucoup de PMEs/Petites et Moyennes Entreprises operationnelles dans le pays sont reticentes a preparer des contrats avec leurs employes.

La direction de l’usine de thé Pfunda estime que sur 1 600 employés, 101 sont les seuls à avoir un contrat de travail. Mais la plupart de ces employes sont des theiculteurs-cooperateurs, soit des fournisseurs de the vert a l’entreprise. Ces fermiers exigent eux aussi une sorte de memorandum pour savoir quels petits montants sont retenus au kilo de the vert fourni a l’usine et a quel compte ces montants seront verses.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité