Urgent

L’Uganda et le Burundi dans un complot de soutien aux mouvements rebelles rwandais

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 19 novembre 2018 à 01:31

L’Uganda a, dans le récent passé, apporté son soutien ferme à un groupe rebelle rwandais dit RNC/Rwanda National Congress du général dissident rwandais Kayumba Nyamwasa. Des nouvelles émanant de sources militaires rapportent que le dit Uganda et le Burundi, deux pays voisins du Rwanda, ont décidé d’apporter leur soutien à un autre groupe rebelle anti régime de Kigali, le MRCD.

La nouvelle est également rapporté par le journal en ligne Virunga post qui accuse les services de renseignement militaire de l’Uganda et du Burundi de coaliser leurs efforts pour torpiller la sécurité du Rwanda.

Ainsi cette coalition d’efforts vise à apporter le soutien de ces deux pays à un autre groupe armé dirigé par Paul Rusesabagina établi en Belgique, le faux héros du film "Hotel Rwanda". Celui-ci dirige un mouvement dit MRCD (Mouvement Rwandais pour les changements Démocratiques)

Il est rapporté que la stratégie de lutte des deux mouvements le RNC et le MRCD revient à unir leurs forces pour "bénéficier de soutiens du CMI ugandais ( Service de Renseignement Militaire Ugandais) dans le recrutement de jeunes rwandais résidant dans les districts de Mubende, Masindi, Hoima, Kibale, Kagadi, Sembabule, Nakivale pour des camps d’entraînement de ces deux mouvements installés dans les hautes montagnes quasi inaccessibles de Mulenge en Province congolaise du Sud Kivu".

Harcèlement contre les parents qui ne veulent pas la guerre

Le journal Taarifa rapporte une autre situation de surenchère de va-en- guerre malheureuse qui prévaut dans les peuplements ugandais où résident beaucoup de Rwandais.
Selon le journal, des parents qui refusent de laisser partir leurs enfants dans les camps d’entraînement du RNC-MRCRD, sont accusés de pactiser avec le Régime rwandais, ce qui est un crime passible de harcèlement, d’arrestation et de torture et d’être refoulé hors de l’Uganda pour être traîtés d’espions au service du Rwanda.

Pour ce faire, certains ont été arrêtés pour une accusation-prétexte puis domiciliés dans des maisons secrètes du CMI, torturés et refoulés de force au Rwanda. Ces accusations-prétextes sont des crimes imaginés comme port illégal d’arme, entrée illégale sur le territoire ugandais.

Cela facilite les agents du CMI à tout faire pour aider les deux mouvements rwandais à procéder au recrutement des jeunes rwandais qui voyagent vers les montagnes de Mulenge en RDC en passant par Bujumbura.
"Des coordonnateurs de ces mouvements sont postés aux postes-frontières de Mutukula, Kikagati (frontière avec la Tanzanie au Sud de l’Uganda), Nyamirima et Butogota (frontière avec la RDC à l’Ouest ugandais) pour veiller au bon déroulement du voyage de ces recrues", rapporte Taarifa qui aura fait des investigations poussées en la matière.

Le journal est on ne peut plus sûr de ces camps d’entraînement commandés par le Gén. ex-RDF Kayumba Nyamwasa et le gén. ex-FAR Laurent Ndagijimana alias Wilson Irategeka Lumbago.

Des voyages incessants des hauts gradés militaires burundais à Kampala en Uganda

De tels voyages montrent des complicités qui se tissent entre les deux armées ugandaises et burundaises en vue de soutenir les deux mouvements rebelles rwandais. Le voyage récent à Kampala du Gén. Prime Niyongabo est très parlant. Il aurait eu des entretiens avec les hauts dirigeants des services de renseignement militaire ugandais y compris les généraux Salim Saleh, demi frère du Président ugandais Museveni et de Abel Akandiho, chef du CMI. Dans une autre visite qu’il avait effectuée à Kampala bien avant celle-ci, Prime avait rencontré le Ministre Ugandais de la Sécurité Intérieure, le Gén. Henry Tumukunde, et le Directeur de l’ISO (Internal Security Organ), le Col. Kaka Bagyenda.

Tout autant que le Général Prime Niyongabo, un autre haut militaire burundais, Etienne ’Steve’ Ntakirutimana, chef du Contre espionnage burundais a fait de nombreux déplacement à Kampala.

Stratégie d’effort de guerre des deux mouvements rwandais

Les deux mouvements RNC et MCRD ont, entre temps, pensé à accumuler des moyens pour se préparer à l’effort de guerre. Aussi, ont-ils constitué d’importants stocks de vivres consistant en des milliers de tonnes de maïs pour approvisionner les recrues en formation dans leurs camps d’entraînement.

Des observateurs politiques de la région trouvent que les préparatifs d’agression contre le Rwanda vont bon train et sont bien affichés par les relations rapprochées de Museveni l’Ugandais et de Pierre Nkurunziza le Burundais dans leur soutien ferme aux rebelles rwandais de la RNC et du MRCD. Mais est-ce que les forces de défenses rwandaises sont tranquilles. Attendent-elles saintement que ces troupes ennemies déferlent sur le Rwanda ?

Si par le passé il y a eu une dame ministre anglaise à la Coopération internationale pour sa médiation aux temps forts de la crise rwando ugandais dans les années 2000, les politiciens de la région peuvent-ils comprendre que l’heure est à la réconciliation et au développement des citoyens ?

Il y a eu le Général ugandais Sejusa qui avait décidé de prendre l’opposition armée ugandaise et s’est subitement désisté pour rentrer chez lui et faire la paix avec Museveni. Pourquoi pas au Rwanda de bonnes et honnêtes négociations ne peuvent pas se faire entre le dissident général Kayumba Nyamwasa et même ce fameux Paul Rusesabagina et arriver à une solution clairement négociée tenant en compte les intérêts des citoyens ?

Attendons les bons offices des Sud africains sur ce sujet. Mais il faut aussi que les dissidents rwandais manifestent un esprit démocratique citoyen moyennant de fermes promesses et qu’ils abandonnent la solution armée.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité