Urgent

L’Uganda en ébullition pour la présidentielle2021 et les difficiles relations avec le Rwanda

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 30 juillet 2019 à 04:17

L’Uganda politique se prépare à l’élection présidentielle de 2021 qui annonce des couleurs bigarrées. Deux leaders : un intarissable député Kyagulanyi alias Boby Wine et grand critique du mode de gouvernance musclée de Museveni et un militaire Gén. Henry Tumukunde sont décidés d’entrer dans la bataille électorale contre le Président sortant Museveni. Entretemps, une large opinion politique ugandaise ne comprend par les menées de Museveni qui continue à empuantir gratuitement les relations rwando ugandaises en donnant un appui ferme au RNC/Rwanda National Congress bien établi en Uganda et décidé à mener la vie dure au régime rwandais actuel dirigé par Paul Kagame.

Le Général ugandais à la retraite Henry Tumukunde, hier Ministre de la sécurité et très actif dans l’appui qu’il apportait au mouvement dissident rwandais le RNC, fourbit ses armes pour entrer dans la danse électorale pour la présidentielle de 2021 en Uganda. ChimpReport qui publie l’information rapporte que ce général garde une dent contre Museveni pour l’avoir renvoyé de son poste ministériel. Chimpreport rapporte que cet ancien Militaire ne peut que présenter une candidature en indépendant mais qu’il n’aura pas tâche facile autant que Boby Wine qui a un "constituency" (une circonscription électorale) ou l’ancien Colonel Kizza Besigye dont le parti est actif dans tout le pays.

Gen. Tumukunde Henry, très proche de Museveni. Sa prochaine présidentielle est-elle une diversion ?

Chimpreport reconnaît néanmoins que cet homme politique et militaire a un réseau d’agents de renseignement et des mobilisateurs politiques partout dans le pays.

Un branle-bas de combat
Cette effervescence politique qui s’annonce au pays de Museveni doit être suivies avec intérêt par Kigali qui souhaiterait voir venir au pouvoir à Kampala d’un nouveau leadership qui ne lui cherche noise.
En effet, le Rwanda est obligé de suivre avec intérêt soutenu ce que Museveni et son establishment font qui pourrait constituer une menace contre son territoire.

Museveni sait-il qu’il ne peut pas violer crument le pacte de défense mutuel qu’il a signé en 2015 avec Kagame du Rwanda et Uhuru du Kenya en laissant les mouvements rebelles rwandais organiser des camps d’entraînement sur son territoire. Il est néanmoins bien connu que les services de renseignement militaire ugandais ont participer activement au recrutement souvent forcé de Rwandais pour rejoindre les maquis du Sud Kivu sur les hauts plateaux inaccessibles de l’Itombwe en RDC.

Une coopération militaire rwando congolaise pour un Est RDC sécurisé
Cette stratégie de soutien à grande distance du régime Museveni à des mouvements rebelles rwandais a vite fait d’instiller une quantité de détermination de Kigali pour comprendre qu’il doit trouver une solution rapide et d’éradiquer cet axe du mal Kampala-RNC-FDLR.

Les desseins funestes de Museveni sont-ils mis à nu ?
La presse de Kampala suit de très près la diplomatie agissante rwandaise. Elle suis Paul Kagame à Bruxelles lors des Journées Européennes de Développement où il a osé divulguer ses démarches avec Kinshasa pour faire d’un Est de la RDC sécurisé. Le Lendemain, la même presse parle de commandos rwandais dans une opération militaire conjointe avec les FARDC dans les montagnes de Mulenge pour détruire les camps d’entraînement de RNC.

Commandant de RNC Habibu arrêté dans les montagnes de Mulenge puis déporté au Rwanda

"Plusieurs supposés rebelles de RNC ont été tués et d’autres arrêtés dans cette opération militaire conjointe rwando congolaise. Un grand commandant de RNC, Habib Mudaasru a été arrêté et déporté au Rwanda pour interrogatoire", rapporte Chimpreport qui ajoute qu’un autre capitaine Sibo très proche du Général dissident Kayumba Nyamwasa a ussi été arrêté.

Gén. Muhoozi Kaneiruga se désolidarise des menées louches de son père Museveni
Au moment où le Père multiplie les coups bas contre son neveu Paul Kagame de l’Ouest, le Gén. Muhoozi Kaneirugaba, commandant en chef des UPDF (Forces Armées Ugandaises) décide de hausser le ton contre son père. Une certaine presse ugandaise et rwandaise s’est fait fort de publier une sortie politique de ce jeune général. Il a convoqué une conférence des attachés militaires internationaux représentés à Kampala pour leur annoncer que plus jamais son pays ne s’aventurera dans des activités portant atteinte à ses voisins. Une allusion à peine voilée des relations difficiles actuelles rwando ugandaises.

Lt Gen Muhoozi Kaneirugaba. Il ne comprend pas les rancoeurs de son père Museveni contre Paul Kagame du Rwanda

Un fils différent du père, beaucoup d’opposants et une présidentielle houleuse
C’est dans ce contexte où s’annonce une présidentielle ugandaise de 2021 que Museveni ne peut remporter pour la nième fois que quand il aura favorisé et créé des situations d’insécurité pour justifier que son objectif de rétablissement et de maintien de l’ordre et sécurité n’est pas encore atteint.

Le Général Tumukunde s’annonce-t-il dans cette bataille électorale pour mieux prêter main forte à son patron dans la création de poches d’insécurité dont la frontière rwandaise ? Est-ce une stratégie de contrer les Besigye et Wine qui, avec le fils Gén. Muhoozi, des relations apaisées et confiantes avec les pays voisins ? L’énigme ugandaise reste entière. Mais pour le moment, la menace n’est plus sérieuse du moment que Fetchi et Kagame s’entendent pour faire de l’Est de la RDC un espace sécurisé et où beaucoup de projets de développement en faveur des peuples congolais et rwandais peuvent commencer à prospérer.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité