Urgent

L’Ouganda traite d’espions les deux Rwandais saisis dans une Eglise.

Redigé par IGIHE
Le 29 mai 2019 à 08:36

Invités par leur ami Ougandais, Muhwezi Sliver, pour participer à la fête de Baptême de son enfant, deux Rwandais, pendant qu’ils priaient dans l’Eglise, ont été saisis par les services de sécurite ougandais, accusés d’être des espions pour le compte du Rwanda.

Il s’agit de Samvura Pierre 47 ans, et Hategekiyaremye Eric, 25 ans, tous les deux du village Gahamba, Cellule Tabagwe, Secteur Tabagwe, dans le District de Nyagatare en Province de l’Est.

Selon le quotidien ougandais Daily Monitor, les services de sécurité de l’Ouganda ont rapporte, ce dimanche 26 mai 2019, avoir saisi, dans l’Eglise, les deux Rwandais, accusés d’être entrés illégalement sur le territoire ougandais et d’être des espions au compte du Rwanda.


Une presse ugandaise instrumentalisee ?

“Ces militaires rwandais ont été saisis dans l’Eglise de Kamwezi dans le District de Rukiga en fin de semaine et ont été conduits à Kampala pour une enquête plus poussée”, ont dit ces services de la sécurité ougandais.

Le soir du lundi 27 mai 2019, alors que l’Ouganda remettait le corps de Kirenge Jean Baptiste, un Rwandais abattu par balle dans le Secteur Tabagwe, District de Nyagatare, il a été demandé à l’Ouganda de libérer les Rwandais qui croupissent dans les prisons ougandaises.

“C’est bon que vous nous avez remis le corps de notre Rwandais. Vous feriez encore mieux si vous nous remettiez même les vivants, qui sont très nombreux dans vos prisons”, a déclaré Mushabe David Claudien, s’adressant à la délégation ougandaise conduite par la Députée Kansiime Caroline du District Rukiga.

Les habitants de Tabagwe affirment bien connaitre les deux victimes comme leurs voisins et assurent qu’ils n’ont rien à voir avec l’espionnage. Les habitants des Secteurs Tabagwe et Rwempashya disent que l’Ouganda continue de kidnapper les Rwandais qui s’y rendent, le dernier exemple en date étant celui de 7 enfants que les parents avaient commissionnés chez leurs amis de l’autre côté de la frontière et dont on perdu la trace depuis lors.

Il est fréquent que des Rwandais soient saisis en Ouganda, accusés de divers délits sans qu’aucune preuve crédible ne soit fournie. Certains sont expulsés après avoir subi des tortures innommables.

Ce qui déroute encore davantage et porte confusion, c’est de voir des femmes, avec des bébés dans le dos, descendre de force des véhicules et dirigées dans des prisons secrètes où elles sont traitées d’espionnes et torturées jusqu’à ce qu’elles acceptent de rejoindre le RNC de Kayumba Nyamwasa.

Au mois de mars 2019 le Gouvernement rwandais avait recommandé à ses citoyens de cesser les voyages en Ouganda, inquiété des témoignages de plus de 800 Rwandais explulsés de l’Ouganda et porteurs de signes de torture.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité