Urgent

L’ex-Patron de la BRD, Alex Kanyankole, comparaît devant le juge sur l’opportunité de libération provisoire

Redigé par IGIHE
Le 18 octobre 2018 à 02:08

M. Alex Kanyankole,l’ex Patron de la BRD/Banque Rwandaise de Développement a comparu ce mercredi 17 octobre 2018 quatorze heures devant le juge de tribunal de Première Instance de Nyarugenge flanqué de deux avocats dont Me Alice Umuliza. Le ministère Public était représenté par les magistrats Michel Nshimiyimana et Charles Kanyove.

Le Ministère Public charge le prévenu de crimes qu’il aurait commis entre le 3 juillet 2013 et 2017 au moment où il était aux affaires à la BRD, une Banque àdominante parastatale avec l’Etat rwandais majoritaire et autres actionnaires dont RSSB (Caisse de sécurité Publique) et NAEB (Office des Exportations agricoles).

Le Ministère Public accuse le prévenu de favoritisme dans l’exercice de ses fonctions, d’exigence et de réception de cadeaux à cinq occasions pour services rendus consistant en l’octroi de crédits de 8.1 et de 3.4 millions de dollars et un autre en francs rwandais de 591 millions.

Il est accusé d’avoir octroyé des crédits d’une valeur de 12 millions de $ de façon non procédurière dont celui de 591.35 millions de francs en 2014 à un certain Gahima Abdou, représentant légal de l’Etablissement d’enseignement Good Harvest and Primary School qui a demandé et acheté ce crédit dont le service de la dette était difficilement assuré par la société Parmalac d’un certain Omar Nzamwita.

Le réquisitoire du Ministère Public brandit le principe de la BRD qui montrait que Gahima ne pouvait pas accéder à ce crédit, qu’il a dû offrir une enveloppe de 50 millions de francs à Kanyankole par le biais d’un agent de la Banque, M. Juvénal Karema.

« En septembre, Kanyankole a accordé ledit crédit à Gahima sans que la décision passe par le comité d’analyse de crédit de la Banque. Pour y arriver, il a changé les analystes de crédit », a assené le Ministère Public ajoutant qu’il a exigé et reçu de l’acquéreur de crédit Gahima d’autres dons de Biodisque et de Energy Water Jug pour ses besoins de traitement de son mal de dos et une paire de lunettes et une caméra.

Le Ministère Public a voulu accabler le prévenu d’un autre crime, celui de favoritisme. Il a accusé le prévenu d’avoir accordé le 19 juin 2015 un crédit de 8 millions de dollars non procédurier à Top Service de distribution d’engrais chimiques. Il a décidé de violer des instructions de la BRD selon lesquelles l’octroi d’un crédit de plus de 600 millions de francs est décidé collégialement par le Conseil d’Administration de la Banque.

Le Ministère Public relève un autre octroi en 2017 de crédit de 3.4 millions de dollars àTrust Industries dans des conditions non transparentes.
Pour ces faits et bien d’autres, le Ministère Public a requis 30 jours de détention préventive pour que le prévenu ne détruise pas les preuves du crime.

La défense

Pour Kanyankole, il n’y a pas de logique dans ce favoritisme de la part de Gahima qui a racheté un crédit de la BRD offert à Parmalac de Nzamwita.

« Le crédit était difficilement remboursé. La BRD a eu la chance d’avoir un autre investisseur qui a racheté la société et ses dettes pour que les enfants rwandais puissent continuer leurs études. Avoir un tel investisseur providentiel, je ne trouve pas logique qu’il puisse lui être demandé un pot-de-vin. Le dossier était très clair », a plaidé Kanyankole avant de trouver les 50 millions de francs de corruption lui offerts « sont un mensonge grossier et éhonté ».

Kanyankole a fait sa plaidoirie montrant point par point comment il n’a pas violé les directives d’octroi collégial de gros crédits.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité