Urgent

L’enquête intégrée sur les conditions de vie des ménages 2016/17 publiée aujourd’hui

Redigé par IGIHE
Le 8 décembre 2018 à 03:51

L’Enquête intégrée sur les conditions de vie des ménages 2016/17 (EICV5) est la cinquième d’une série d’enquêtes sur les ménages qui a débuté en 2000/01 et qui a été mise en œuvre par l’Institut National de la Statistique du Rwanda (NISR) en collaboration et soutien de diverses parties prenantes.

L’objectif principal de l’enquête est de fournir des informations actualisées permettant de suivre et d’évaluer les progrès accomplis en matière de réduction de la pauvreté. Il fournit également des informations socio-économiques complémentaires facilitant la compréhension des changements dans les conditions de vie des ménages.

NISR a finalisé le processus d’analyse standard de la mesure de la pauvreté qui détaille les principaux faits liés à la pauvreté et met en évidence d’autres dimensions des tendances des conditions de vie.

Principales conclusions : D’après les résultats de l’enquête EICV5 :

1. La proportion de Rwandais vivant dans la pauvreté est passée de 39,1% de la population en 2013/14 à 38,2% en 2016/17 ;

2. Au cours de la même période, l’extrême pauvreté est passée de 16,3% en 2013/2014 à 16,0% en 2016/17 ;

3. L’inégalité a également diminué, le coefficient de Gini étant passé de 0,447 en 2013/14 à 0,429 en 2016/17.

Autres indicateurs économiques et sociaux :

Outre la pauvreté mesurée en termes de consommation, le bien-être revêt de nombreuses autres dimensions. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples d’autres mesures du bien-être qui complètent et permettent une compréhension globale de la pauvreté et des conditions de vie.

.La proportion de personnes couvertes par l’assurance maladie a augmenté de quatre points de pourcentage ; de 70% en 2013/14 à 73,9% en 2016/17 ;

.La proportion de ménages disposant d’électricité pour l’éclairage, soit du réseau du système national ou des panneaux solaires est passé de 21,5% en 2013/14 à 34,4% en 2016/17 ;

.Le pourcentage de ménages possédant un téléphone portable a également continué d’augmenter, passant de 63,6% en 2013/14 à 66,9% en 2016/17 ;

. Le pourcentage de ménages possédant des radios a fortement augmenté en 2017 par rapport à

2014 (59,8% contre 73,8%) ;

.L’accès Internet à domicile est passé de 9,3% en 2014 à 17,2% en 2017 ;

.La proportion de ménages utilisant du ciment comme matériau de revêtement de sol a également augmenté, passant de 21,1% dans EICV4 à 25,8% dans EICV5 ;

.L’utilisation de tôles métalliques comme matériau de toiture s’est également améliorée dans tout le pays : 67,3% des ménages ont utilisé ce type de toiture en 2016/17, contre 61,1% pour l’EICV4.

Défis qui ont ralenti la réduction de la pauvreté :

EICV5 qui a duré d’Octobre 2016 à Octobre 2017 a coïncidé avec des temps difficiles. Au cours de cette période, le Rwanda a connu des chocs parmi lesquels :

La saison 2016 B a eu des répercussions sur la production agricole et s’est traduite par des pénuries de produits alimentaires et une forte hausse des prix des produits alimentaires en 2017, ce qui a réduit le pouvoir d’achat et la consommation globale de la population. L’effet résultant est une réduction faible de la pauvreté. Le Rwanda n’était pas le seul pays touché par la sécheresse, de nombreux pays d’Afrique subsaharienne ont également été touchés au cours de la même période.

La faible production agricole a également eu un effet négatif sur la croissance du PIB. L’économie n’a pas bien progressé au cours de l’exercice 2016-2017 (juillet 2016 - juin 2017), qui coïncide avec la période d’enquête. En fait, la croissance du PIB était à son minimum au cours des 10 dernières années en termes budgétaires.

Conclusion :

Dans l’ensemble, les résultats de l’EICV5 nous permettent d’avoir une compréhension globale de l’évolution des conditions de vie des Rwandais, y compris la pauvreté depuis 2014.

Les résultats montrent que la plupart des dimensions des moyens de subsistance continuent de s’améliorer ; de la démographie, les conditions de logement, l’activité économique, l’accès à l’électricité et à la technologie, entre autres. Quelques dimensions de moyens d’existence, telles que l’éducation, stagnent, mais sont essentielles.

Cependant, un nombre important de ménages rwandais ont subi des chocs (sécheresse, augmentation des prix des produits alimentaires, etc.) avant et pendant la période d’enquête.

La pauvreté et l’extrême pauvreté n’ont pas diminué de manière significative.

Perspectives politiques :

• Il est nécessaire de mettre en place des mécanismes d’atténuation des chocs potentiels, notamment économiques et liés au changement climatique.

• Il est également nécessaire de renforcer les filets de sécurité pour la protection sociale qui soutiennent les ménages affectés par les chocs.

avec rnanews.com


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité