Urgent

L’ancien Premier Twagiramungu joue les prolongations et s’allie aux mouvements armés contre le Rwanda

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 20 juin 2019 à 02:46

L’Ancien Premier Ministre Faustin Twagiramungu, ancien candidat à la Présidentielle de 2003, trouve qu’il a assez de force pour jouer dans l’arène politique rwandaise. Malheureusement, il trouve toujours une occasion pour s’allier avec de piètres opposants rwandais qui trouvent que face à la mainmise du "véritable visionnaire" Paul Kagame sur la société rwandaise, sa creuse opposition ne peut le déboulonner.

Il a décidé de rejoindre le MRCD/Mouvement Rwandais pour le Changement démocratique dont le vice-président et porte-parole, Callixte Nsabimana alias le Major Sankara, ancien commandant des troupes du MRCD, a été arrêté dans les Iles Comores puis rapatrié pour comparaître devant les tribunaux du Rwanda.

RFI de ce mardi 18 Juin rapporte que ce vieux routier en politique, M. Faustin Twagiramungu a décidé de coaliser son parti, Rwanda Rwiza avec le MRCD, le FLN et le RNC "pour mieux lutter contre ’la dictature’ de Paul Kagame".

Cette radio internationale française rapporte que ce politicien bientot octogénaire en a marre de voir l’opposition politique non agréée à Kigali continue à lutter de façon éparpillée. "Toutes les voies de lutte démocratique ne sont pas possibles au Rwanda", a confié à RFI ce politicien septuagénaire (74 ans)qui, conservateur de par son âge avancé, est incapable de faire un déclic et comprendre qu’à l’heure où l’éducation élitiste n’est plus promue au rang de politique officielle, le jeu démocratique occidental Officiels-Opposants qui forment un cadre restreint d’élus et autres qui s’invitent au festin, n’a plus sa place dans le paysage politique actuel élevant le consensualisme participatif populaire à la politique nationale. Ici et maintenant, qu’on le veuille ou non, le citoyen est au centre des préoccupations des dirigeants politiques et aux leaders de l’opinion publique.

Donner des outils intellectuels et professionnels de travail aux citoyens
Le jeu démocratique ethnocentriste du nombre que le septuagénaire tente tant bien que mal de calfeutrer, peut n’être qu’un lointain souvenir si d’ici 10 ans devant, les Rwandais qui, depuis l’arrêt du génocide des Tutsi de 1994, ont appris à travailler en toute discipline, à faire preuve d’initiatives privées de production surtout qu’ayant ouvert obligatoirement l’enseignement secondaire et technique à tous les jeunes rwandais, le gouvernement rwandais et le parti moteur FPR dament le pion à cette creuse opposition qui se bat pour un modèle démocratique occidental qui a parfaitement sa place en Occident et non dans une Afrique où des citoyens souvent incultes de la base communautaire comprennent de travers les joutes politiques qui finissent dans des massacres interminablement répétitifs.

Démocratie occidentale vs Consensualisme participatif
Ce mardi 18 juin 2019 à Bruxelles, Twagiramungu et son Rwanda Dream Initiative-Rwanda Nziza ont donc décidé de rejoindre le MRCD/Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique dirigé par un certain Paul Rusesabagina. Ce MRCD qui accueille cette quatrième force politique après le RRM/Rwanda Revolutionnary Movement de Callixte Nsabimana alias Maj. Sankara, le PDR Ihumure (Parti pour la Démocratie au Rwanda) de Paul Rusesabagina et le CNRD/Conseil National pour le Renouveau Démocratique du Gén. Wilson Irategeka, un transfuge des FDLR (Forces Démocratiques de Libération du Rwanda), est un mouvement qui veut recourir aux armes pour "venir à bout du FPR/Front Patriotique Rwandais) de Paul Kagame.

Griefs ou raisons de lutte
Pour Twagiramungu, les deux formations ont les mêmes objectifs : l’unité des Rwandais, la vérité, la justice, la démocratie, l’état de droit et le respect des droits humains, dit le vieux routier en politique qui, cécité politique aidant, a du mal à comprendre que pour ouvrir le Rwanda à la démocratie occidentale portes ouvertes, il faut que les citoyens rwandais puissent avoir une conscience et une culture politiques. Il faut que les citoyens rwandais soient catégorisés dans des classes sociales et que, apr conséquent, tous aient des intérêts sociaux à défendre. Cela peut-il se faire actuellement où ils cherchent à se positionner dans ces classes sociales ?

Pourquoi Twagiramungu ou Rusesabagina et qu’en sais-je encore veulent-ils jouer uniquement dans la cour des grands, cette arène politique réservée à une certaine crème sociale ? A l’heure actuelle, ils savent qu’ils doivent profiter de l’ignorance et de l’incultisme politique des citoyens rwandais pour les traîner dans ces idéologies ethnocentristes rétrogrades comme cela a été dans le temps.

Est-ce le ’rebel’ Kagame et son FPR qui vont avaler cette pullule ; eux qui ont décidé de prendre le taureau par les cornes pour un changement radical de mentalités sociales de Rwandais ? Pour eux, la vision 2050 arrivera à terme avec des citoyens rwandais nageant dans une économie à revenus intermédiaires. Il y’aura nécessairement alors beaucoup de mutations sociales et une grande liberté de pensée revendicative rationnelle en rapport avec les intérêts des classes sociales qui se seront formées. Dommage que nos vieux politiciens Rusesa ou Twagiramungu seront alors vieux-jeu en ce lointain avenir.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité