Urgent

Kizito de lumière à Kizito des abysses

Redigé par Yolande Mukagasana
Le 10 mars 2020 à 12:59

Des hommes et femmes de lettres rwandais tentent de percer le mystère de félonie que l’artiste Kizito Mihigo a emporté dans sa tombe. Ils ne comprennent pas ce qui s’est passé dans sa conscience avec la versatilité qu’il a montré dans ses chansons. Ils ne comprennent pas comment l’alors rescapé du génocide des Tutsi de 1994 en arrive à nier lui-même le calvaire particulièrement atroce qu’il a vécu dans le Nyaruguru, région du lieu religieux de Kibeho. L’écrivaine Yolande Mukagasana prolonge cette réflexion.
Note de l’édition

Ce n’est pas parce que l’on est rescapé d’un génocide que l’on doit se croire immortel. Ce n’est pas parce que l’on a échappé à la mort qu’un jour on ne mourra pas. Ce n’est pas parce que nous avons vu ce qui n’aurait jamais dû être vu que nous ne voyons pas les réalités de la vie. C’est lorsque l’on a vu la mort en face que l’on apprécie encore plus la vie. Les rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi sont des mortels, même s’ils ont été déshumanisés depuis la naissance jusqu’à l’extermination de nos familles. Nous avons les mêmes défauts et qualités que d’autres, nous pouvons aimer comme nous pouvons aussi haïr.

Une guerre médiatique où génocidaires et négationnistes sont plus qu’actifs
Pour ceux qui disent que Kizito a été tué par le pouvoir Rwandais (Kagame), soyons un peu sérieux. Pensent-ils réellement que si le pouvoir avait eu l’intention de tuer Kizito, il aurait pris le monde entier à témoin ? Personnellement ce qui me fait plus de peine pour Kizito, c’est que ceux qui lui ont tendu le piège qui s’est refermé sur lui, sont les mêmes qui s’accaparent de sa mémoire. Kizito était tombé dans les mains de l’ennemi, il est parti de son libre arbitre et dans l’incompréhension de cette manipulation. Kizito vivant a été utilisé par les ennemis du Rwanda et je suis sûre que le suicide de Kizito sera encore plus instrumentalisé par les mêmes qui l’ont amené tout doucement vers le néant.

Je mets en garde les rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi. Devenir négationniste ou révisionniste d’un génocide que l’on a subi, ce n’est d’abord pas normal chez une victime. Ce n’est pas dire non plus qu’il n’a pas eu lieu, ou le réviser dans la négation de l’histoire et de la mémoire. Mais cela peut arriver pour plusieurs raisons. A mon humble avis, Il y a plusieurs pièges dans lesquels nous pouvons facilement tomber suite à nos différentes blessures, le désespoir, les intérêts personnels. Et pourquoi pas le syndrome de Stockholm. Les psychologues savent de quoi je parle.

Une propagande négationniste du génocide qui entend déboulonner Kagame
De quoi Kagame est-il coupable ? Lorsque l’on a créé les camps de concentrations à ciel ouvert dans le Bugesera et particulièrement Nyamata, le FPR et Kagame existaient-ils ? Quelqu’un m’expliquerait-il pourquoi la solution à la guerre de 1990 à 1994 était l’extermination des Tutsi au Rwanda y compris des bébés jusqu’aux malades et aux mourants sur les lits d’hôpitaux ? Revenons en 1959, à la Toussaints rwandaise, Kagame était là ? Oui. Un bébé de 2 ans, accroché au dos de sa mère. En 1963, lors des pogroms anti tutsi et que Joseph mon mari est resté orphelin à 13 ans, Kagame était là ? Oui, un enfant sur le chemin de l’exil. En 1973, lorsque Habarimana a fait un coup d’Etat béni par l’Occident Kagame était où ? Au Rwanda ou en Uganda ? Arrêtez votre délire. Si cela continue ce sera lui le responsable du Corona virus !!!

Oui, Kagame est coupable d’avoir arrêté le génocide avec son armée car les assassins des nôtres étaient habitués à l’impunité. Il a mis en échec la victoire des assassins de nos familles. Le Tutsi a toujours été confondu au FPR et à Kagame en particulier par les génocidaires et leurs collaborateurs dans le crime et sa négation. Mais de là à voir les rescapés se placer du côté de nos assassins, cela me désole et me dépasse et je ne crois pas être la seule. Reconnaissons que nous avons été blessés au plus profond de nous. Reconnaissons que toutes ces blessures nous ont fragilisés.

Un discours haineux saupoudré d’une face avenante de l’humanisme
Reconnaissons que nous sommes tombés au plus profond des abysses et que cette faiblesse peut être une aubaine pour nos assassins qui nous utiliseraient sans état d’âme pour notre destruction finale. Restons résiliants comme nous avons toujours été. Nous sommes le résultat d’un échec pour les assassins et le refus de leur pensée puisqu’ils voulaient notre extermination. Refusons la négation et l’anéantissement de nous-mêmes par la négation de notre histoire.

La France : Le Président Emmanuel Macron a donné de l’espoir en décrétant le 7 Avril la journée nationale de commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda. Cette même loi a été abrogée par le Sénat français. Ce même sénat a voté la loi punissant le négationnisme et le révisionnisme du génocide perpétré contre les Tutsi. Aujourd’hui c’est ce même Sénat qui offre un auditoire aux négationnistes et révisionnistes du même génocide dont certains que nous combattons depuis l’arrêt du génocide car ils ont des responsabilités dans ce même génocide. Où est la cohérence ? Avec ce colloque du 9 Mars 2020 au Sénat français, le chemin de la réconciliation pris entre la France et le Rwanda, tout peut s’effondrer. La France serait-elle encore manipulée par ce genre de personnages préhistoriques de la politique française de Mitterand qui jouent aux révisionnistes pour se dédouaner ?

Par notre résilience, nous voulons nous réconcilier mais pas à n’importe quel prix. Une seule personne qui m’attriste profondément c’est le Docteur Mukwege, Prix Nobel de la Paix qui est manipulé dans cette histoire car je doute qu’il aurait oublié la souffrance des congolaises suite aux multiples viols subis par les forces négatives dans la région des grands lacs dont les assassins de nos familles. J’espère de tout mon coeur qu’il ne fait pas partie des négationnistes ou de révisionnistes du génocide.

Une Adresse à Emmanuel Macron
Pour terminer, je m’adresse à vous Monsieur le Président de France. Je vous demande de continuer sur votre lancée. Depuis que vous avez enclenché ce processus d’apaisement et de réconciliation franco-rwandaise, ne baissez pas les bras.

Des Français font partie de nos familles, nous ne pouvons pas passer outre cette alliance familiale. Si vous faites marche arrière, la France se discréditerait à la face du monde, même si un certain chef d’Etat français avant vous a dit qu’un génocide dans ces pays n’avait pas d’importance. J’aimerais vous dire que chaque année, la veille des commémorations est la période choisie par les acteurs du génocide et leurs amis pour raviver les blessures des rescapés, mais aussi réviser notre histoire. Ils adorent nous rappeler les horreurs du génocide pour nous faire sombrer dans les abimes car l’esprit génocidaire est toujours présente, seul le maquillage change.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité