Urgent

Kamali Aimé Fabien, Maire de District Nyamasheke, forcé à la démission

Redigé par IGIHE
Le 5 septembre 2019 à 10:28

Ce mercredi 4 septembre, le Conseil Consultatif de District Nyamasheke s’est réuni pour adopter une motion de défiance au Maire de District Aimé Fabien Kamali qu’il avait récemment élu.

Il lui est reproché de "ne pas remplir ses obligations et responsabilités comme il faut".
Ledit Conseil l’a remplacé par son adjoint en charge des affaires économiques, Josué Michel Ntaganira.
Un maire incapable de remplir le cahier des charges
"Ce maire ne s’est pas prêté aux directives du Conseil Consultatif de district qui lui demandait de faire un follow up rapproché des partenaires de développement du District pour élever le niveau de vie extrêmement pauvre des habitants du district", a dit un observateur qui a requis l’anonymat ajoutant qu’il possède des informations selon lesquelles les hautes autorités du Gouvernement central auraient conseillé aux gouvernements locaux d’avoir confiance en eux et comprendre qu’ils sont responsables du développement de leurs districts et de sanctionner sérieusement les agents improductifs.

Mais en matière de gouvernance, un maire qui n’est -pas élu au suffrage universel reste politiquement et administrativement faible. Un citoyen de la place a confié à Umuseke.rw que le maire démissionnaire fonctionnait avec une équipe exécutive qui lui mettait les batons dans les roues.

Umuseke rapporte qu’il a été incapable de lutter contre la petite corruption des instances de la base communautaire.

Mais au fond, le Conseil Consultatif attendait de lui qu’il révolutionne les méthodes de gestion du district.

"Il ne se conçoit pas de voir des agronomes et autres chargés d’agriculture et élevage, des mobilisateurs des jeunes et des instances des femmes de district et de secteur passer la plupart de leur temps dans leurs fauteuils ou dans des réunions.
Pratiquement, ces messieurs et dames sont visibles dans des réunions et autres assemblées générales de cellules ou des travaux communautaires. Ils ne seront jamais vus dans les champs des fermiers ou entrain d’organiser des jeunes autours de projets d’élevage et autres", a dit ce paysan qui avoue n’avoir jamais vu un agronome de district dans son champ mais qu’il vient vite quand il faut frapper d’amende un tel qui a coupé son bois sans autorisation.

En foi de quoi, les Conseils consultatifs de Districts qui forcent les hautes personnalités à la démission devraient comprendre cette dimension de l’action citoyenne de la part des agents de districts.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité