Urgent

Kagame vise très haut : A ses jeunes gens, il souhaite des ambitions technologiques nobles

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 13 août 2019 à 11:06

Le Président du Rwanda Paul Kagame s’appuie sur la jeunesse estudiantine pour réaliser ses rêves d’une économie rwandaise basée sur les savoir faire, une économie du savoir. Au camp militaire de Gabiro, en province de l’Est, alors qu’il clôturait, ce 8 août, la 12ème session annuelle de l’Ecole Traditionnelle ITORERO à l’intention des jeunes INDASHYIKIRWA fréquentant principalement les universités de l’Etranger .

Vise-t-il très haut où sensibilise-t-il les jeunes à plus de créativité ?
"Nous tous pour arriver ici, nous avons emprunté les services d’un véhicule. Mais, à son bord, je ne cesse de me demander de quel pays sont les gens qui fabriquent ces véhicules. Qu’ont-ils de spécial que les Rwandais. Ne pouvons-nous pas nous aussi les fabriquer pour les vendre à d’autres peuples ? N’est-ce pas cela qui est plus profitable pour nous ?", ainsi Kagame s’est-il posé ces question à haute voix pour montrer à cette crème de la jeunesse rwandaise qu’elle n’a pas de temps à perdre dans des cursus académiques qui ne donnent pas assez de rendement.

Kagame montre qu’il voie cette fois-ci le bout du tunnel pour sa lutte commencée dans les maquis de l’Uganda jusqu’à ce jour où sa lutte pour une balance commerciale équilibrée avec des citoyens rwandais culturellement de type nouveau...

Prêts pour une économie du savoir ? pour une société industrielle rwandaise ?

"Que notre créativité ne s’arrête sur l’art de faire des crêpes. Allons plus loin avec l’invention de nouvaux types de véhicules, de télephones qui vous coûtent fou, les i phones, samsung, Blackberry. Plus vous utilisez ces produits, plus demandez vous leur mécanisme, comment on les produit", a dit le président Kagame s’adressant aux jeunes gens âgés de 23 à 18 ans qui poursuivent ou vont poursuivre leurs études universitaires dans différentes universités étrangères.

Il n’aura pas été, ce cher président ami des jeunes, à pouvoir instiller dans sa jeunesse cet élan nationaliste révolutionnaire. Avant lui, le Japon post guerre mondiale l’a fait et a produit les Mitsubishi, Nissan et qu’en sais-je. La Corée du Sud a emboîté le pas à la Chine continentale qui est en passe d’être la première puissance mondiale.

Discipline générale, source du courage
Paul Kagame s’est apaisanti sur ce thème de Science et Développement social au cours de cette 12ème session des Indangamirwa comme qui dirait qu’il a trouvé des jeunes gens qui buvaient goulûment ses paroles prêts à suivre ses instructions et ses souhaits.

"Les applications scientifiques, c’est la fondation sûre du développement social. Fabriquer un véhicule, produire un bien, construire des immeubles... tout cela ce sont des applications scientifiques. Dussé-je parler impeccablement anglais, cela ne construira pas ma maison...", a dit Kagame décourageant ces jeunes gens à poursuivre des sciences humaines et à se lancer corps et âme dans les savoirs exacts et les technologies.

Attention ! Science et technologies venant s’ajouter au socle culturel traditionnel

"A vous de comprendre que la culture traditionnelle, votre culture est votre identité pour arriver à la maitrise des sciences et tchnologies. Pensez-vous que quelque chose peut se faire si vous vous adonnez à la consommation de substances psychotropes, de drogues ? Ces dernières font aussi des dégâts autant que l’engouement pour les lettres dont je parlais tout à l’heure", a dit Paul recommandant à ces jeunes gens une grande discipline dans ce lointain étranger où seule leur culture kinyarwanda est leur garde-fou.

Mais le Chef de l’Etat montre à quel point les sciences humaines comptent pour extrêmenet peu de chose dans la vie d’une nation. Se trompe-t-il ? Trouve-t-il qu’il y en a assez au pays ? C’est un père de la nation. Il a toute une jeunesse rwandaise et africaine derrière lui. Pour lui, s’il faut que l’Afrique et le Rwanda en particulier puissent se décoloniser, il faut qu’il y règne l’économie basée sur les sciences exactes et technologies nouvelles de l’information et de la communication. Ne lui demandez pas autre chose. Point n’est besoin de savoir pourquoi tel groupe social se comporte comme ceci. Le jeune sur les bancs de l’école doit focaliser sur ses sciences, ses techniques et ses technologies.

Désolidarisez-vous de la bière, liqueur, drogue !!!
Mais pour y arriver, le jeune rwandais doit avoir un capital de valeurs traditionnelles kinyarwanda basé sur sa dignité, son sens positivement supérieur de la vie, sa détermination à poursuivre et atteindre les objectifs qu’il s’est fixé.

"Quand tu t’adonnes à la bière, à la drogue au moment où tu viens de terminer tes études ; c’est l’échec de l’éducation et formationque tu auras reçue. Ces consommations assèchent tes connaissances et aptitudes acquises. C’est comme un arbre rongé par le ver qui s’assèche. Et on le voit sur telle personne au fil du temps",a -t-il dit avec espoir de voir que les jeunes rwandais et africains partout où ils se trouvent de s’armer de courage pour ne pas s’adonner à ces substances qui les rendent stériles et diminuent sensiblement leur capacité de production.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité